La Turballe Infos

René Leroux déplore un défaut de « courtoisie républicaine »

L'ancien maire de La Turballe, réagit après que le maire Jean-Pierre Branchereau a procédé le vendredi 12 juin à l'inauguration de la résidence des Vignes. Le projet a été conçu et réalisé par l'ancienne municipalité de René Leroux, comme alternative à la maison de retraite pour des personnes âgées qui ont perdu de l'autonomie et qui ne peuvent plus rester vivre seules dans à leur domicile.

René Leroux fait connaître son sentiment sur cette cérémonie d'inauguration à laquelle il n'a pas été convié et communique :

"Cette inauguration m'a personnellement choqué et indigné. En effet, à aucun moment, il n'a été précisé les objectifs du projet porté pendant plusieurs mois par la municipalité précédente et surtout des objectifs de cette opération de logements qui répondait aux besoins révélés par les enquêtes conduites auprès de la population.

Nous avions, à l'époque constitué un comité de pilotage composé de professionnels de la santé, de personnes qualifiées de la société civile et d'élus, comité placé sous la responsabilité de l'élu en charge du dossier Joseph-Marie Berton.

Je regrette sincèrement que ces personnes qui se sont fortement impliquées pour la réussite du projet aient été complètement ignorées lors de l'inauguration. J'estime que ces personnes ont beaucoup apporté et qu'il aurait été courtois de les inviter à faire au moins une visite de la résidence.

La nouvelle équipe municipale ne peut pas dire qu'elle ignorait l'existence de ce groupe de travail puisque Mme Martine Elain, actuelle  adjointe chargée de ce secteur, en était membre et qu'elle y a participé. Lors du dernier conseil municipal, il lui a d'ailleurs été rappelé qu'il aurait été décent d'inviter Mme Martine Cadro, ancienne adjointe aux affaires sociales à l'inauguration….ce qui a finalement été fait 24 h avant l'événement !

En 1989, lorsque j'ai été élu maire de La TURBALLE, je n'ai pas manqué d'inviter mon prédécesseur à l'inauguration du port. Je pensais à l'époque et je pense toujours que c'est un attitude de courtoisie républicaine d'associer, au moment de leur achèvement et de leur livraison pour le service de la population, tous ceux qui ont travaillé sur les projets. Pendant mon mandat de député, j'ai observé que cette attitude était généralement pratiquée, au-delà des divergences politiques.

Chacun sait que la réalisation d'un projet prend beaucoup de temps et que souvent ce ne sont pas ceux qui président les inaugurations qui  ont fait le travail.  La courtoisie républicaine permet précisément de montrer que l'action publique se conduit sur le long terme et que les populations -et les élus du moment- bénéficient du travail qui a été réalisé avant eux.
Communiqué de René Leroux

 

18/06/2015 | 6 commentaires
Article précédent : « Après la braderie, la préemption ! »
Article suivant : « Le marché s'agrandit en été »

Vos commentaires

#1 - Le 18 juin 2015 à 16h06 par soizick, La Turballe
leroux donne des leçons de courtoisie, on reve ! lui qui était méprisant avec son opposition, insultant même, on l'appelait le roi rené tant il n'en faisait qu'à sa tête. Il sort de sa retraite pour dire ça, dommage y'a tellement à dire sur les élus actuels
#2 - Le 18 juin 2015 à 16h41 par jeanson, La Turballe
René a raison ce n'est pas courtois. Mais il y a tellement d'autres sujets à La Turballe qui attendent son retour en politique René reviens !
#3 - Le 18 juin 2015 à 18h59 par REMY, La Turballe
En 1989, Monsieur LEROUX, outre le port , vous auriez pu aussi inaugurer la maison de retraite en compagnie de Monsieur PIGEON qui avait initié le projet. Nous n’en aurions pas été là en 2013 : des besoins mais pas de maison de retraite...
Pour les difficultés apparentes de remplissage de cette maison intermédiaire, vous avez dû apprécier les commentaires de l’ART. Je les cite « coût lié au paiement obligatoire de 80€ par logement pour des services annexes, manque de luminosité de certains appartements, critères de ressources liés à l’attribution de subventions par les collectivités ».
Le projet aurait-il été mal ficelé ? Dans ce cas à qui doit-on en faire le reproche ? à Monsieur BERTON où à Madame ELAIN, seuls survivants de l’ancienne commission au sein du conseil municipal ? Non.
On a peut-être bien fait de ne pas vous inviter ?

Le principal, Monsieur LEROUX, ce n’est pas que vous soyez vexé et que vous vous en épanchiez dans la presse, le principal c’est que les occupants de cette grande maison soient heureux d’y vivre et que cet endroit soit plus un objet de satisfaction que de polémique.
#4 - Le 06 novembre 2015 à 09h03 par MARLIN Nicole, La Turballe
Monsieur Leroux,
Pour votre information personnelle de votre projet intial de la Résidence des Vignes à LA TURBALLE.
Je me permets de vous signaler que les 80 euros obligatoires pour l'obtention du logement à la Résidence des Vignes ne satisfait absolument pas les locataires présents"'les prestations initiales ne correspondent pas du tout aux informations données sur le terrain"
En réel, peu de résidents paient cette charge mensuelle! pourtant OBLIGATOIRE!
Peu de personnes sont intéressées par les activités sur place.
Ce n'est pas une demande des locataires!
Bonne fin de journée.
Nicole Marlin Résidence des Vignes.
#5 - Le 23 novembre 2015 à 19h14 par René leroux
Vous avez entièrement raison dans votre commentaire, surtout par rapport à l'obligation de se soustraire à ce ,service qui augmente du coût le prix du loyer...
Pour votre information, cela n'a jamais la volonté de la precedente majorité,car il était impératif que primo les personnes soient bien logées au cœur de la ville,et que le loyer soit abordable. En plus,et ala demande des locataires,par convention avec les Pupilles de l'Enseignement populaire (Peep 44)très reconnu dans l'accompagnement des enfants amis aussi des adultes, à la demande des résidents, des animations pouvaient être proposées.. Mais cela n'a pas été le souhait de la nouvelle équipe municipale,question idéologie politique sûrement.
De plus sachant que le coût de ce service à la carte aurait pu être déficitaire les premières années,la collectivité aurait abondé le budget.
Voilà madame ce que je pouvais vous répondre,et je suis vraiment désolé pour vous ainsi que tous vos voisins.
Quant aux commentaires de "Rémy"que je connais très bien,il ne va pas manquer de faire un commentaire,alors que quand il était aux affaires avec moi,le social ne l'intéressait en aucune manière. De plus Madame ELAIN,qui faisait partie du groupe de travail,elle ne pouvait "ignorer" la réflexion conduite,interrogez-la.
Bonsoir Madame.
#6 - Le 25 novembre 2015 à 14h41 par REMY, La Turballe
Cher Monsieur LEROUX
Bien sûr que je ne vais pas bouder le plaisir de répondre à votre commentaire…
D’ailleurs pas clair votre commentaire, « l’obligation de se soustraire », vous vouliez certainement dire « l’interdiction de se soustraire ». Qu’importe, on vous aura presque compris. Pour ce qui est de ce qui avait été dit ou pas, promis ou pas, les témoins de l’époque, Mme Elain et Monsieur Berton (que vous ne citez pas) et peut-être quelques autres pourrons-nous donner des précisions.
Peut-être pouvez-vous nous éclairer sur le montant de l’aide publique que vous comptiez allouer pour combler le déficit du service, cela ne doit pas être compliqué a trouver car une ligne budgétaire a dû être inscrite au dernier budget que vous-même aviez établi.
Pour le reste, vous devez me confondre avec quelqu’un d’autre, je vous connais, mais sans plus, et je n’ai jamais été aux affaires avec vous. Mes commentaires sur la maison de retraite démontre mon attachement au bien être social de mes concitoyens du 3 eme et 4 eme âge qui auraient bien voulu finir leur vie dans la ville où ils et elles sont nés et ont vécus. Mais le fait du prince (il n’était pas encore Roi à l’époque) en a décidé autrement.
Idéologie politique , dites-vous ?...
A+

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter