La Turballe Infos

René Le Roux promet un bénéfice pour l’exercice 2010 de la criée

Pas mécontent de son annonce, le maire de La Turballe, lors d’un dernier conseil municipal où il s’agissait surtout d’ajuster les comptes d’exploitations et d’investissements du port de pêche et de la criée, avant l’arrivée du nouveau concessionnaire en 2011. En effet, René Le Roux s’est félicité du net regain d’activité de la criée turballaise, bien au-delà des prévisions budgétaires, et promet même un résultat net positif à la clôture de l’exercice. Pourtant, l’affectation du résultat de clôture 2009 du port de pêche (- 413 877 euros) viendra certainement tempérer un peu cet enthousiasme. Néanmoins, le bilan encourageant de la criée est une excellente nouvelle pour la commune.

Avec 7 000 tonnes d’apport, c’est 33 % de plus de poissons et de crustacés qu’escomptés qui sont passés dans les caisses de la criée turballaise ! Le budget prévisionnel tablait sur 17 millions d’euros de recettes à la fin de l’exercice, et déjà fin octobre, 19,3 millions d’euros ont été réalisés. En clôture, ce sont 21,2 millions d’euros qui sont espérés. Inespéré, il y a encore un an.
Devant les élus, René Le Roux, qui présidera bientôt la SEM en charge des criées et ports de plaisances du Croisic et de La Turballe, a fourni quelques explications sur ce net regain d’activité. Le maire indique une campagne de bars très bonne et surtout une campagne d’anchois très fructueuse. Le retour de la vente de langoustines à La Turballe y est également pour beaucoup, tout comme la fin des arrêts biologiques. Mais René Le Roux insiste sur d’autres aspects : « On ne peut que se féliciter d’avoir incité les pêcheurs locaux à vendre prioritairement à La Turballe. Aussi, nous leur avons offert de nouveaux services comme l’arrimage, le déglaçage et la pesée ».
Mieux encore, la criée de La Turballe vient de se voir attribuer un précieux sésame : l’agrément sanitaire pérenne. C’est seulement l’un des dix ports de la façade Atlantique à posséder désormais cet agrément très longue durée et difficile à obtenir. Pour les vendeurs et les acheteurs, c’est un gage de sécurité indispensable dans une filière particulièrement surveillée par les services vétérinaires. Face à la concurrence des autres criées, l’argument est de taille. « Félicitations à l’ensemble des personnels pour cette obtention, c’est le résultat de dix années de travail acharné. Pourtant, nous n’avons pas toujours été encouragés, et même si nous n’avons jamais été menacés de fermeture, nous n’avons pas toujours été traités à égalité avec les autres », ajoute René Le Roux.
Et le maire de s’avancer vers des élus d’opposition venus le titiller sur la mise en conformité des comptes du port de pêche. « Que n’ai-je entendu lors du vote du budget primitif lorsque j’ai inscrit 17 millions ! Et aujourd’hui, nous allons faire 21 millions ! Vous aurez d’autres surprises d’ici à la fin de l’année », lance René Le Roux. Une envolée qui a eu le don d’agacer M. Thyboyeau et M. Robin. « C’est grâce à vous ? Faut arrêter avec ça ! », ironise le premier. « Pendant des années, on nous a dit que ce qui plombait la comptabilité, c’étaient les dotations aux amortissements, c’est faux ! Il n’empêche qu’il y a un déficit de plus de 400 000 euros et il faut que les Turballais sachent qu’il est comblé par leurs impôts », argumente le second. « Je note bien votre remarque et je vous le rappelerai en janvier, croyez-moi ! Néanmoins, il faut bien reconnaître que les règles comptables ne sont pas simples», a répondu le maire.
Enfin, René Le Roux a expliqué que « qui dit regain d’activité, dit dépenses plus importantes ». Aussi, cette année, les charges de personnels seront plus importantes. La criée a également effectué des achats de caisses en bois et en plastique. Aussi, les charges de maintenance des élévateurs et des chambres froides sont en hausse.

08/12/2010 | 2 commentaires
Article précédent : « Un colonel à la mer »

Vos commentaires

#1 - Le 13 décembre 2010 à 20h51 par yves, Le Croisic
Il faut dire que la Turballe est bien aidée par les pêcheurs croisicais qui vont vendrent leur marchandises "en face" après nous avoir fait tout un ramdam au Croisic pour pas que leur criée ferme. Moi je suis content pour la criée de la Turballe et je peux vous dire que la prochaine fois que les croisicais râlent (comme ils savent si bien le faire) je leur dirais qu'ils ne peuvent sans prendre qu'à eux même. Ya plus qu'à prier pour l'année prochaine soit aussi bonne pour la Turballe que cette fin d'année.
#2 - Le 02 janvier 2011 à 12h05 par Yannick, La Turballe
Sans remettre en question la création de la SEM réunissant les deux criées de la Presqu'île,Cette mutualisation était économiquement inéluctable et nécessaire,était-il judicieux de céder Une criée qui redeviendrai bénéficiaire de telle manière au Conseil Général ? et que penser du "bradage" du port de plaisance, activité économique de sous ordre pour ce même CG ?
En ce début d'année souhaitons le meilleur pour cette nouvelle SEM, car même si nous ne risquons plus de payer pour le port, cela restera quand même "notre" port

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter