La Turballe Infos

Piriac : une saison touristique en demi-teinte

Le mois de septembre est comme chaque année le mois où l’on tire les conclusions de l’activité des cités balnéaires. Comme à l’accoutumée, la commune de Piriac-sur-mer n’est pas exempte de la tradition.

Avec des conditions climatiques désastreuses pour cette saison 2011, les Pays de la Loire restent la 6e région touristique de France. Piriac-sur-mer, seule commune en Loire Atlantique, avec celle du Croisic, à bénéficier de l’appellation « petite cité de caractère » se vide petit à petit de ses estivants pour ne garder que les promeneurs de l’arrière-saison. Résidences secondaires et campings s’apprêtent bientôt à fermer leurs portes pour laisser place aux habitants qui vivent à l’année et qui bien souvent fuient la ville pendant la haute saison.

À l’heure du bilan, une tendance se démarque cette année : les services d’hébergement ont moins perdu que les services de restauration et les bars. L’office de tourisme souligne que la météo de cette année a favorisé les musées, maison du patrimoine ou tout du moins tout ce qui pouvait se visiter en intérieur. Les animations de plein air organisées par l’office tourisme ont pourtant rencontré un vif succès quand le temps était propice. Sophie, directrice, souligne le dynamisme étranger cette année. L’office  de tourisme a accueilli de nombreux Hollandais, Allemand, Britanniques, Suisses et quelques Espagnols. Peut-être l’autoroute de la mer y est-elle pour quelque chose ?

Madame Fourgeaud du restaurant La Vigie confirme la moins bonne saison de cette année 2011. Elle estime une perte d’environ 15 % par rapport à l’année 2010 surtout due selon elle au temps désastreux.
« La saison a été moins bonne sur les trois mois. On a vendu beaucoup moins de bières ou de jus de fruits. Les gens ont plutôt pris des petits cafés. Je suis pas d’accord avec le fait qu’on dise que lorsqu’il fait pas beau les gens vont manger au restaurant, c’est faux ! Quand il ne fait pas beau les gens restent chez eux ou dans les campings. C’est justement quand le temps est propice que les gens se décident à faire un restaurant.»
Elle constate cependant qu’au mois de septembre elle accueille toujours une clientèle étrangère, notamment des Allemands, des Hollandais et des Britanniques.
Madame Tricot, gérante de l’Hôtel de la Plage exprime un sentiment mitigé quant à cette saison 2011. L’hôtel et le restaurant sont restés assez stables mais elle confirme que les prestations bar et petite restauration ont beaucoup pâti du mauvais temps. « Effectivement, le bar et le restaurant auraient mieux fonctionné si la terrasse avait pu être exploitée tous les jours. » Une moins bonne saison à ce niveau, rattrapée par la fréquentation de l’hôtel qui a été meilleure en juillet et stable en août comparé à 2010. En août le taux de remplissage de l’hôtel est de quasi 100 %. Une tendance qui se fait sentir cependant c’est l’augmentation de la clientèle étrangère, notamment les Britanniques, les Allemands et les Suisses. Elle note également la venue d’Espagnols, sûrement due à l’ouverture de l’autoroute de la mer, et aussi d’Américains, Australiens et Canadiens qu’elle ne voyait pas avant.
Pour le mois de septembre, elle confirme qu’elle fera au minimum le chiffre de l’année 2010 voire mieux.
Les chambres d’hôtes de Madame Guillard s’en sortent bien. Elle note, comme le soulignait l’office de tourisme, que les séjours sont plus courts mais le remplissage reste satisfaisant. Concernant le tourisme étranger, un bond impressionnant s’est fait cette année sur la clientèle suisse et belge. Elle n’observe pas de recul par rapport à l’année dernière et espère même avoir une belle arrière-saison.

Pour François Mizessyn, gérant du camping le Parc du Guibel, la saison s’est déroulée comme il dit « en dents de scie ». L’incertitude économique s’est répercutée sur sa saison. Le camping a bien marché en présaison d’avril à juin mais une grosse perte s’est fait sentir entre le 10 juillet et le 20 août notamment sur le camping. Très peu de réservations de dernière minute sont venues combler son planning d’emplacements. Il estime une baisse de 6 à 7 % sur son chiffre d’affaires sur la simple partie camping. Sur les 14 ha du Parc du Guibel, les réservations en hébergement type chalet ou mobile-home sont restées stables. Le restaurant a selon lui perdu 20 % de son chiffre d’affaires mais comme il le souligne : « Je ne peux pas comparer car nous n’étions pas organisés comme l’année dernière et nous avons ouvert un peu moins ».
Avec humour il nous rappelle, « le monde attire le monde, si la fréquentation est plus faible cela suffit à ralentir les chiffres mais pas forcément le résultat. Par exemple cette année c’est un record battu, je n’ai jamais vendu autant de jetons de séchage pour la laverie ! ».
Si le profil de clientèle du camping est généralement une famille, couple avec deux enfants, la clientèle sans enfant augmente. Pour François, l’été a été mauvais mais cela aurait pu être pire.
La fin du mois de septembre nous promet encore un bel été indien. Peut-être permettra-t-il de prolonger les vacances…
 

Auteur : SD | 28/09/2011 | 0 commentaire
Article précédent : « Les Piriacais refusent une Poste à temps partiel »
Article suivant : « L’H.P.P et le Royal Canot : authentiquement piriacais »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter