La Turballe Infos

Piriac : une nouvelle association juste pour l’île Dumet

Lors d’une réunion publique, l’association Pen Kiriak a lancé un appel à la création d’une nouvelle association (en partenariat avec le conservatoire du littoral) pour sauvegarder l’île Dumet.

La situation de l’île Dumet interpelle et intéresse les habitants de Piriac et de toute la Presqu’île. La salle Méniscoul était pleine à craquer malgré la pluie battante. Le phénomène de dégradation de l'île est ancien et très progressif. Proposé par l’association Pen Kiriak, le projet de création d’une association indépendante pour sauver l’île a été accueilli avec enthousiasme.

État de la faune, de la flore et des bâtiments

L'île aux oiseaux, ce fut son nom pendant longtemps. Maintenant, les oiseaux nicheurs sont de l’histoire ancienne. Jusque dans les années 60, l’île était peuplée de Sternes (aussi appelées hirondelles des mers) de plusieurs espèces et de quelques couples d’Eiders. C’est à cette époque qu’arrivent les Goélands (trois espèces différentes). Leur population croît énormément, se nourrissant beaucoup des déchets laissés à l’air libre. Les Sternes disparaissent de l’île en 1973 et les Goélands en 2002.
Depuis les années 60, la végétation a tendance à se banaliser. Elle perd une partie de ses espèces rares et protégées. « Il y a eu une nette baisse de la biodiversité », explique Michel Garnier. Les prélèvements plus récents tendent à montrer une régénération de la végétation avec un retour de la prairie maritime typique et la présence d’ Erodium maritimum, une plante très rare.
Les vestiges les plus anciens sur l’île sont le fort rond et le fort carré. Le premier, nommé fort de Ré, a été construit vers 1756 sous la direction du duc d'Aiguillon. Il servit d’habitation pour les anciens gardiens après sa désaffectation en 1782. Le fort carré est aussi appelé fort à La Vauban. Il a été construit en 1845. Tous deux sont dans un état de plus en plus déplorable : détériorés par les gens, les toits ont été enlevés…

Les raisons

« Pendant longtemps on a cru que c’était les Goélands qui avaient détruit la population de Sternes. En fait elle a décliné bien avant », ajoute Michel Garnier. La véritable raison, c’est le tourisme. Eh oui, comme dans beaucoup d’endroits, c’est la multiplication des visiteurs sur l’île qui dans un premier temps a fait diminuer la population de Sternes. Ce sont des animaux qui n’aiment pas trop êtres dérangés et qui nichaient près des plages. La raison de la disparition des Goélands est mieux connue : « c’est à cause de l’introduction sauvage de renards et de mustélidés par des gens qui voulaient faire revenir les Sternes », précise Michel Garnier.
La banalisation de la végétation était due à la forte présence de Goélands et de leurs très nombreuses fientes. Avec leur disparition de l’île, les sols se dénitrifient tout doucement, ce qui apporte une régénération de la végétation. Le conservatoire du littoral, propriétaire depuis 1992, a participé à l’éradication des renards restés sur l’île. Pour Bruno Toison, délégué régional du conservatoire du littoral, ce renouveau de la végétation est la preuve que « les choses sont réversibles ».
 

La future association

Bien sûr, elle n’a pas de nom encore. Le projet est lancé par Pen Kiriak qui souhaite intéresser le Piriacais mais pas seulement, aussi les habitants de la Presqu’île et même du Morbihan. Le tout en partenariat avec le conservatoire du littoral. L’exemple de la sauvegarde de l’île du Pilier à Noirmoutier suivant un schéma identique, inspire beaucoup.
Pen Kiriac a déjà planché sur un modèle pour l’association constituée d’un bureau et de commissions. « Nous en avons déjà défini quelques-unes auxquelles nous avons pensé ou que des gens ayant les compétences souhaitent former. Par exemple, la communication, l’environnement, les infrastructures, le patrimoine, ou plus pratique, le transport jusqu’à l’île pour les adhérents », souligne Jean-Claude Julien, administrateur de Pen Kiriac.
Le calendrier et déjà plus ou moins défini : l’association devrait être créée en début d’été et elle commencera son travail en partenariat avec le conservatoire dès l’automne. L’un des objectifs de la réunion était donc d’identifier les gens intéressés par le projet. Pour cela une feuille est passée parmi les rangs et en est ressortie bien noircie de noms.

Intéressé par cette nouvelle association ? Contactez algastelli@orange.fr

 

Auteur : AP | 19/04/2012 | 0 commentaire
Article précédent : « Apéro et dégustation sur la plage avec les Alguistes du Castelli »
Article suivant : « Le Moulin de Praillane : bientôt 40 ans de tourisme social à Piriac »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter