La Turballe Infos

Piriac : les jardins de l’entraide

Le jardin partagé de Piriac a été inauguré le jour de la fête du travail. Habitants, résidents secondaires et touristes ont répondu à l’appel.

L’idée vient d’André Houdoux. Ancien membre du CPIE Loire Océane (au Pouliguen), il a participé à l’élaboration de la charte d’éco-jardinage entre le CPIE et Cap Atlantique. En place depuis quelque temps déjà, elle fédère les particuliers autour de valeurs d’éco-jardinage. « Une bonne partie des gens qui travaillent ici ont adhéré à la charte. S’ils ne travaillent pas dans nos jardins, ils ont eux-mêmes un potager chez eux », explique André Houdoux.
Des jardins ? Eh oui, actuellement animateur de l’association Accueil des Villes Françaises (AVF) de La Turballe-Piriac, il est responsable du jardin partagé et du jardin familial de Piriac. Normal, puisqu’il en est l’initiateur. Les deux jardins ont été rassemblés en un même lieu, sur la route de Ternevé. La parcelle, propriété de la Ville, est cultivée par l’association grâce à une convention. Présents avec les premiers bénévoles depuis cinq semaines, ils ont beaucoup travaillé à rendre le terrain présentable pour l’inauguration du 1er mai. Mais il reste encore beaucoup de boulot : installer une cabane de jardin, un préau, planter la haie de buissons offerts par Yves Rocher… « Nous n’avons aucune subvention, nous prenons ce qu’on nous offre », sourit André Houdoux.

Deux jardins différents

« Le jardin familial, c’est ce qui était appelé autrefois les jardins ouvriers », précise André Houdoux. 22 parcelles sont disponibles, sept sont déjà prises et une option est posée sur une huitième. Pour l’instant, chaque personne dispose de 50 m2, mais ça peut évoluer suivant la demande. L’association comptant 300 membres, ils espèrent qu’environ 10 % d’entre eux viendront bêcher leur petit lopin de terre.
Le concept du jardin partagé est plus généreux : il s’adresse à des bénévoles. Ils travailleront la terre et garderont 50 % des récoltes. « Le reste sera distribué aux associations caritatives locales : le Secours Populaire pour La Turballe et la Croix Rouge pour Piriac », ajoute André Houdoux. Dans ce coin-là, quelques parcelles restent encore à ensemencer.
Environ 150 personnes venues rien que le matin pour obtenir des informations et même des conseils sur l’éco-jardinage. Grâce à ses relations et partenariats, André Houdoux a réussi à faire venir un animateur du CPIE et quelqu’un de Cap Atlantique pour répondre aux interrogations des gens.

Vente de plantes

En plus de l’inauguration des jardins partagés, l’Office de Tourisme de Piriac a organisé plusieurs activités pour le 1er mai, dont une vente de plantes, juste à côté du jardin. Une réussite (une soixantaine de plants vendus le matin), il est intéressant aussi de connaître l’histoire de la vendeuse. Depuis huit ans, cette horticultrice à la retraite plante, fait grandir et vend des vététaux pour une association humanitaire en faveur du Sénégal. « Comme ça marchait bien, je leur ai demandé un peu d’aide pour m’occuper de tout ça. Ils m’ont alors laissée tomber avec les plants et les factures, car j’ai tout avancé de ma poche ! » Elle a maintenant encore 20 000 plants à vendre avant de rentrer dans ses frais…

Auteur : AP | 01/05/2012 | 2 commentaires
Article précédent : « Alternatives pour Piriac veut des réserves foncières »
Article suivant : « Piriac-sur-mer : un bilan de mi-mandat satisfaisant pour « Bien Vivre à Piriac » »

Vos commentaires

#1 - Le 03 mai 2012 à 10h46 par HOUDOUX
C'est mon père et je suis vraiment très fière de lui !!!...
Bravo Papa, mais n'oublie pas de faire un peu attention à toi...
#2 - Le 15 mars 2013 à 11h49 par kaci, La Turballe
Bravo André pour ce projet qui est vraiment une belle trouvaille. Votre fille a bien raison d'être fière de vous.

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter