La Turballe Infos

Office de tourisme : Parcours initiatique « sur la route de l’anchois »

Déjà un an qu’il en parlait, et bien ça y est c’est chose faite. Alain Robard a définitivement rendu sa casquette de Président de l’office de tourisme de La Turballe. La réunion de ce mercredi 1er février a vu se constituer un nouveau conseil qui devra élire son successeur.
Bernard Scordia, René Leroux, Alain Robart
Bernard Scordia, René Leroux, Alain Robart

Mercredi 1er février, le quorum de l’assemblée générale de l’office de tourisme turballaise étant atteint, un nouveau conseil d’administration a vu le jour. Il se réunira ces prochaines semaines pour élire le président qui remplacera Alain Robard, démissionnaire. Alain Robard ouvre la séance par les remerciements envers les personnes présentes ce mercredi soir à savoir : les adhérents, René Leroux, maire de la commune, Bernard Scordia, Président de la Fédération Départementale des Offices de Tourisme et Syndicats d'Initiative (FDOTSI) ainsi que les associations qui œuvrent toute l’année à l’animation de la commune de La Turballe.
Adhérent depuis plus de 20 ans à l’office de tourisme de La Turballe, l’annonce de sa fin de mandature n’est pas une surprise. Dans la foulée, il en profite pour remercier les représentants des offices de tourisme du Pouliguen, Piriac, Le Croisic, Pornichet et Saint-Molf qui ont fait le déplacement. À l’heure où une concurrence accrue fragilise l'économie touristique, Alain Robard souligne « C’est l’entente cordiale entre nous, je me suis attaché à faire ça depuis que je suis élu car nous sommes dans le même navire, il y a des petites communes les unes à côté des autres, des petits offices de tourisme et des grands offices de tourisme mais chacun a ses atouts et ils sont très variées ». Il en profite également pour remercier la municipalité pour « l’implication totale en faveur de sa vitrine touristique ». Sans mauvais jeu de mots sur le triple A, le président rappelle que la commune de La Turballe possède à elle seule un quintuple P : Pêche, Plaisance, Plongée, Plage (avec 7 km de côte) et Parcours côtier. Il rajoute «  La Turballe : on y vient, on s’en souvient et on y revient ».

Un bilan mi-figue mi-raisin

Concernant le bilan de l’année 2011, Alain Robard souligne le dynamisme de l’office de tourisme puisque son nombre d’adhérents s’est accru passant de 182 à 186 entre 2010 et 2011. Une notoriété qui dépasse les limites communales puisque 46 adhérents viennent de l’extérieur. La fréquentation touristique de l’office de tourisme tous services confondus a augmenté de 17 % par rapport à l’année 2010. Une nette augmentation visible sur le site internet de l’office de l’ordre de 114 % en 2011 puisqu’il y a eu 80 025 visites. La clientèle française a augmenté de 17 % alors que la clientèle étrangère a diminué de 6,27 %. Sur la saison estivale, marquée par les mauvaises conditions climatiques, 6295 personnes ont été accueillies en juillet à l’office et 6 040 en août. Alain Robard explique que « seules sont comptabilisées les personnes avec qui  il y a eu une discussion avec les hôtesses ». Les jours de forte fréquentation furent les 14 juillet et 2 août avec respectivement 342 et 318 touristes accueillis. Dans un contexte de crise, la fréquentation française a augmenté de 4,48 % sur juillet 2011 tandis que la clientèle étrangère a baissé de 15 %. On ne peut en revanche que constater la baisse conséquente au mois d’août avec une diminution de 30 % de la clientèle française et étrangère confondue. Si la billetterie a pâti du climat défavorable, au chapitre des actions passées, le président se félicite du succès des animations puisque 400 personnes ont participé aux jeux de piste, courses aux indices… 240 enfants ont participé  au concours de dessin. Comme le souligne Alain Robard « les animations sont satisfaisantes et on a noté une amélioration visible de la part des touristes. Les animations du soir sont appréciées également mais les visiteurs souhaiteraient plus d’information sur les spectacles ». À noter que les animations du soir sont un travail de partenariat avec le service culturel de la ville et le comité des fêtes de La Turballe. Alain Robard pointera que la course hippique de Pornichet a bien fonctionné, à ce sujet René Leroux en profitera pour lancer avec humour une pique en soulignant « Pornichet ? C’est où ça Pornichet ? ».
L’affiche des réalisations 2011 : le sac de plage s’est plutôt bien vendu à l’office de tourisme, le développement de la billetterie avec 23 produits proposés en 2011 a aussi connu un franc succès. D’autres sont en cours pour 2012 notamment le développement d’un guide, de nouveaux partenariats pour la billetterie, l’obtention du label Tourisme et Handicap ainsi que la création d’une Route de l’anchois le 3 août 2012. Des réunions sont en cours avec les pêcheurs, les restaurateurs, la SNSM, la SAEM, la mairie. Une manifestation qui sera faite « pour faire connaître La Turballe, inciter les gens à consommer du poisson car La Turballe est le premier port de pêche à l’anchois ».
Formation du personnel et augmentation des cotisations
Côté finances, l’office de tourisme de La Turballe prévoit un budget de 123 600 euros pour 2012 avec une subvention municipale de 81 000 euros. Une subvention évaluée à la hausse par rapport à 2011 comme le souligne le trésorier Loïc Prouteau, en s’adressant à René Leroux, « ne représente même pas l’inflation Monsieur le Maire ». l’année 2012 sera marquée par la formation du personnel pour l’accueil, la commercialisation des produits et la gestion du temps. Une formation de l’ordre de 600 euros. Les cotisations des adhérents augmenteront pour 2013, passant de 80 à 85 euros pour les commerçants – artisans, de 20 à 22 euros pour les associations et les adhérents libres. À noter qu’elles n’avaient pas été modifiées depuis 2004.

Le nouveau conseil d’administration

Après l’approbation des rapports d’activité et financier de l’office de tourisme, le nouveau conseil d’administration a été élu. Ont été désignés :
Madame Colas, directrice du VVF
Madame Donval commerçante La Taverne des pêcheurs
Madame Houdet, adhérente libre
Monsieur Cabaret, commerçant
Monsieur Hervy, commerçant
Monsieur Lanet, Président de la Société des Régates de La Turballe
Monsieur Prouteau, loueur en meublé
Leur tâche à venir désormais sera d’élire le nouveau Président de l’office de tourisme.
Bernard Scordia interviendra à la fin pour souligner « Ça été très intéressant de travailler à tes côtés Alain,  cela s’est toujours passé dans la convivialité. Je regrette ton départ mais bon il faut bien prendre acte. On essaiera de continuer ton travail avec ton successeur ». Il annoncera par la suite la fusion de trois offices de tourisme qui se regroupent en pôle touristique intercommunal à savoir : Vallet, Clisson et le Loroux Bottereau.
Une joute verbale interviendra également entre la présidente de l’office de tourisme de Pornichet et Bernard Scordia à propos de son éviction du conseil de l’office de tourisme de Pornichet. Bernard Scordia rappellera que « c’est Robert Belliot qui m’a viré de Pornichet en ayant subtilement modifié les statuts de l’office de tourisme, avec changement de collège, diminuant le nombre de représentants des particuliers de trois à deux, sachant que les deux derniers représentants venaient d’être élus un an auparavant et ce pour trois ans. Je ne pouvais donc plus me présenter et de toute façon je n’aurais pas été au casse-pipe ». Christiane Klein, Présidente de l’office de tourisme de Pornichet lui suggérera que « si tu ne t’étais pas présenté sur une certaine liste électorale, peut-être la situation n’aurait pas eu lieu d’être ». Preuve en est que l’histoire était politique !
René Leroux pour sa part soulignera « Alain, je suis comme Bernard Scordia, je regrette ton départ, tu as mis beaucoup de bonne volonté dans tout ça […] mais je comprends que tu souhaites vivre pleinement ta retraite. […] Tu seras toujours accueilli avec un grand bonheur à La Turballe, parce que tu as porté haut et loin les couleurs de la ville et je te remercie. Un engagement comme le tien ce n’est pas neutre et je souhaite à chacun de connaître une telle expérience ». Et d’ajouter un petit coup de gueule quant à l’attribution du label Tourisme et Handicap « Moi je ne suis pas d’accord avec le label Tourisme et Handicap, je l’ai fait valoir quand j’étais député et quand j’étais conseiller général, donner un label pour un équipement ou un bâtiment c’est nul, car à partir du moment où la personne ne peut plus sortir et qu’elle ne peut pas aller dans la ville cela ne sert à rien. Il faut donner le label aux communes et non pas aux équipements, ce serait beaucoup plus logique ! ».

 

Auteur : SD | 02/02/2012 | 0 commentaire
Article précédent : « Un nouveau président de l’OT impliqué et appliqué »
Article suivant : « Cultiver l’authentique »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter