La Turballe Infos

Nouvelle campagne de plongées aquatiques à la recherche du « Thésée »

Mercredi le « Miniplon » et ses équipes de plongées reviennent pour tenter de retrouver la plaque d'identification du navire supposé être le « Thésée ».
Le bateau de travaux sous-marins Le Miniplon
Le bateau de travaux sous-marins Le Miniplon

En ce début de semaine, David Bossard, patron du « Miniplon », bateau spécialisé dans les travaux subaquatiques, basé aux Sables d'Olonne, et ses huit plongeurs procèdent au large, à l'essai de moyens logistiques modernes et performants, à la hauteur des difficultés rencontrées ( pompes, suceuse Toyo pour aspirer la couche épaisse de vase qui a protégé miraculeusement le « Thésée » pendant 255 ans). Ils appareilleront en milieu de semaine, à La Turballe. À partir du jeudi 2 juillet, l'équipe devrait entamer une longue campagne d'expertises. L'objectif est de retrouver la plaque d'identification du « Thésée », fixée à la poupe du navire, qui a sombré le 20 novembre 1759, au large de la baie de Quiberon, lors de la bataille des Cardinaux.(1) 
Cette opération longue et technique qui durera plusieurs semaines fort probablement est financée par Bruno Ledoux, collectionneur et actionnaire de «  Libération » et co-propriétaire de l'hebdomadaire «  Le nouvel économiste ».
L'an dernier, lors des deux campagnes de fouilles, les échantillons remontés par les plongeurs, des planchettes de bois et des concrétions métalliques essentiellement, n'avaient pas été validés par la DRASSM ( département de recherches Archéologiques Sous Marines), qui dépend du ministère de la Culture.
Si  la plaque d'identification du « Thésée », fleuron de la marine royale,  était mise à jour, il resterait à renflouer l'épave, qui repose par 23 mètres de profondeur depuis 250 ans, entre Hoëdic et l'île Dumet. L'opération  (une grande première en France) relève du défi  mais techniquement possible. L'idéal serait de la remonter en un seul bloc. Le sort  du «  Wasa » navire de guerre suédois du XVIIe Siècle qui coula lors de son inauguration, en 1628, renfloué dans son intégralité en 1961, exposé dans un musée  à Stockholm, atteste que l'opération peut être couronnée de succès et fait rêver les membres de l'association « Vaisseau Thésée ».
Les archéologues suivent avec le plus haut intérêt cette nouvelle campagne car ce «  Pompéi sous marin » a des secrets à livrer sur les étapes de la construction d'un navire, à cette époque, les conditions de vie à bord au XVIIIème siècle...
Une campagne décisive et ambitieuse s'engage donc dans les prochains jours.


(1) Le « Thésée », 74 canons, sorti des arsenaux de Brest, a coulé en un clin d’œil lors de la bataille des Cardinaux ( rochers situés à l'ouest Hoëdic), sans tirer un seul coup de canon. Sur un virement fatal de bord, ordonné par le capitaine Guy- François de Kersaint, pour aller soutenir l'arrière-garde en détresse, il sombre, «  d'une façon terrifiante », corps et biens avec ses 650 hommes d'équipage, en quelques minutes, sous les yeux des Anglais : les sabords étaient restés ouverts. Le bateau contiendrait une argenterie et une vaisselle de grande valeur, prévues pour la réception, à bord, du duc de Choiseul, minsitre de la guerre. 

30/06/2015 | 0 commentaire
Article précédent : « La Turballe et Piriac ont rejoint Media-Web »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter