La Turballe Infos

Les pêcheurs inquiets

Avec le 1er janvier, arrive l’interdiction de rejeter certaines prises en mer. Les pêcheurs craignent des conséquences économiques et un travail de tri supplémentaire.

Le but de la nouvelle réglementation est d'obliger les pêcheurs à utiliser des techniques avec  capture minimum de poissons inutiles.
La survie des poissons rejetés en mer, semble « assez faible sauf pour certaines espèces », selon Laurence Fauconnet, chercheuse Ifremer de Nantes.

En 2015, le «zéro rejet» concernera les poissons pélagiques (thon, sardines, anchois...), le cabillaud et le saumon de la Baltique, et les bateaux de pêche industrielle. Il sera ensuite étendu à toutes les espèces, sur quatre ans.

Une meilleure sélectivité «peut entraîner une baisse de rentabilité à court terme, puis une hausse à moyen terme», en pêchant des poissons plus gros, donc plus chers, selon Pascal Larnaud, chercheur à l’Ifremer de Lorient. Plusieurs programmes de recherches existent pour mettre au point des filets permettant aux juvéniles ou aux espèces non désirées de s’échapper, ainsi que sur des techniques de sondage des fonds pour anticiper le type de captures. Mais en attendant ?
Hubert Carré, directeur général du Comité national des pêches estime que c'est une « fausse bonne idée, très compliquée à mettre en pratique », il faudra trier et stocker des poissons qui seront décomptés des quotas de capture des pêcheurs.

Ces poissons sans valeur marchande prendront la place sur le navire, au détriment des prises commercialisables, augmentant au passage les dépenses en carburant. « Les structures ne sont pas adaptées pour réduire les rejets : dans les cales du bateau, la sole et le merlu doivent être séparés, par exemple. Ce sera difficile de séparer en plus les rejets », indique Thierry Evain, patron pêcheur au Croisic.


Qu'en faire ?
Rien n’est prévu pour utiliser les poissons rapportés, trop petits et interdits à la vente. « Aucun investisseur ne va mettre en place une filière pour une matière première dont la vocation est de disparaître » lorsque la pêche sera plus sélective, remarque Max Palladin, directeur des criées de La Turballe et du Croisic. Il ajoute « aucun port n’est en mesure d’accueillir tous les rejets. Demain, il y aura des dizaines de kilos de poissons hors taille dans les criées». « On peut se retrouver au pénal pour n’avoir pas respecté la taille des poissons». Les amendes risquent de pleuvoir.
Comment faire appliquer cette nouvelle règle ? L’installation de caméras pour vérifier qu’aucun poisson n’est rejeté en mer a été abandonnée mais aucune solution pratique n'a été mise en place pour aider les pêcheurs.

Source AFP



 

01/01/2015 | 1 commentaire
Article précédent : « Chez Tonton c’est simple et tellement bon ! »
Article suivant : « Le maire de La Turballe fait le point sur le dossier éolien et présente le projet d’avant port »

Vos commentaires

#1 - Le 08 janvier 2015 à 11h04 par l'oeil de sauron
on marche sur la tête !!!

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter