La Turballe Infos

Les paludiers formés à préserver leur intégrité physique

S’il est une profession particulièrement exposée aux risques de « pépins » physiques, c’est bien celle de paludier où la répétition des gestes vient d’un savoir-faire ancestral et qui a peu évolué sur le plan technologique. Et c’est bien pour limiter, voire même éviter la casse, que les cycles de formation intègrent désormais la prévention. 13 paludiers turballais en ont fait l’expérience.

C’est dans le cadre de cycle de formation pour le brevet professionnel de « responsable d’exploitation agricole de la saliculture » que treize futurs exploitants se sont retrouvés à l’espace paludier, pour une séance d’information donnée par Frédéric Dévoluet, kinésithérapeute. Les maux dont peuvent souffrir les paludiers sont nombreux : tendinites du poignet de l’épaule, et douleurs lombaires sont parmi plus fréquentes. On ne peut pas dire que la mécanisation qui a révolutionné bien des domaines de l’agriculture ait beaucoup amélioré les conditions de travail dans les marais.
 Dans une société où l’espérance de vie ne cesse de croître et où la place de la retraite prend de plus en plus d’importance, il est capital pour les jeunes professionnels, souvent passionnés, d’accorder une attention toute particulière aux conseils préventifs et aux gestes qui peuvent soulager les corps. Car il est aujourd’hui essentiel de préserver son intégrité physique. D’ailleurs, ils n’ont pas manqué l’occasion d’assaillir de questions leur interlocuteur, avec de nombreux exemples à l’appui. Une satisfaction pour Emmanuel Deniaud : « C’est la seconde année que la Mutualité Sociale Agricole fait appel à un professionnel appréhender ces diverses questions », indique le coordinateur pédagogique de la formation. On comprend aussi tout l’intérêt pour l’organisme de protection sociale à l’apprentissage de ce domaine par ses prestataires.
Tout au long du cursus, qui dure 11 mois, les paludiers sont régulièrement sensibilisés aux problèmes liés à leur santé. « Désormais, la prévention fait partie intégrante de la formation, c’est un réel pas vers l’avenir », se réjouit Frédéric Dévoluet, qui pour cette session a collaboré avec Philippe Hubert et Nathalie Morvant, conseillers en prévention, en partenariat avec la chambre d’agriculture.

Auteur : YD | 30/05/2011 | 0 commentaire
Article précédent : « C’est la zone bleue à La Turballe ! »
Article suivant : « Des milliers personnes en Escapades à Pen Bron »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter