La Turballe Infos

La Turballe va draguer son port

Le port de La Turballe a besoin d’être dragué pour enlever les sédiments qui se sont accumulés depuis la dernière opération en 2010. Max Palladin directeur de la SEM a présenté l’ensemble de l’opération au conseil municipal.

L' opération de dragage permettra d’enlever tous les sédiments y compris les 10 000 m3 de sédiments impropres au rejet en mer pour lesquels une solution a été trouvée. Ces 10 000 m3 ont été contaminés par les anciennes zones de carénage qui rejetaient les eaux chargées de cuivre et d’étain (antifouling) dans le port. Aujourd’hui les eaux du port ne sont plus polluées car les eaux de carénage sont récupérées et traitées avant d’être rejetées.
Le coût du traitement des sédiments à terre est 10 fois plus élevé que le coût du rejet en mer. (300€/ t).
Par ailleurs le port devant construire deux bâtiments sur la zone de Galarhy, La Turballe  va s’inspirer de la solution mise en œuvre à Port-la-Forêt. Les sédiments contaminés seront confinés dans des tubes géotextiles, lesquels seront déshydratés et serviront ensuite de fondations aux nouveaux bâtiments du port.


L’enquête publique vient de s’achever, les travaux devraient durer cinq mois de Novembre 2014 à avril  2015.

Auteur : JBR | 31/10/2014 | 5 commentaires
Article précédent : « René Leroux riposte à Jean-Pierre Branchereau »
Article suivant : « Conseil Municipal : Le maire s’en prend à la presse et à l’association L' Autre regard turballais »

Vos commentaires

#1 - Le 05 novembre 2014 à 12h34 par Un peu d'écologie, La Turballe
Des sédiments pollués par des métaux lourds , ce sont des déchets dangereux au titre du code de l'environnement. ils doivent donc être traités dans des installations de traitement ou de stockage, dûment autorisés au titre des installations classées pour la protection de l'environnement. En aucun cas une déshydratation ne constitue un traitement de nature à réduire le potentiel de pollution! certes l’enquête publique a été menée sans grande publicité mais à ce jour la Préfecture n'a pas délivré son accord d'autant qu'un avis de l'autorité environnementale départementale du 4 sept 2014 ( rechargeable sur le site de la Préfecture) pointe des insuffisances dans l'étude d'impact... Après Notre dame des landes, le barrage de Sivens, un nouveau cas de passage en force au détriment de l'environnement ?
Soyez certain de notre vigilance et de nos doutes quant à la performance environnementale et économique de la solution proposée
#2 - Le 05 novembre 2014 à 17h49 par REMY, La Turballe
Je ne suis pas un spécialiste en écologie mais cet article m'interpelle sur deux points.
1) la précédente opération a eu lieu en 2010, les aires de carénages n'étant pas aux nouvelles normes, les sédiments devaient être hyper chargés en produits toxiques et on a quand même autorisé la solution du clapage en mer ???
2)les déchets vont-être deshydratés, on ne nous parle pas de décontamination de l'eau récupérée , cela veut-il dire que celle ci n'est pas chargée en métaux lourds ?
Chose que je souhaite, car les pêcheurs amateurs des bords de quai ont des soucis a se faire pour leur santé...
Si un spécialiste en écologie marine peut nous éclairer, ce serait sympa.
A+
#3 - Le 06 novembre 2014 à 21h39 par raoul, La Turballe
vous n'êtes pas un spécialiste dites vous cher rémy... on se demande en quoi vous l'êtes, ce qui est grave compte tenu du poste que vous occupez actuellement à la mairie. surement pas en finance en tout cas
#4 - Le 07 novembre 2014 à 08h36 par REMY, La Turballe
Cher Monsieur RAOUL , vous n'avez pas suivi la campagne sur La Turballe info.
Dès le départ je vous ai affirmé ne pas être sur la liste de Monsieur BRANCHEREAU, je ne peux donc pas être élu aujourd'hui.
Au lieu de chercher midi à quatorze heures ,de vomir vos insinuations sans fondement, soyez un peu plus positif et constructif cela vous fera le plus grand bien.
A+
#5 - Le 09 novembre 2014 à 09h46 par Un peu d'écologie, La Turballe
Bonjour
pour répondre à la question du contrôle des eaux de déshydratation, ce serait prévu ( voir l'avis de l'autorité environnementale, préfecture de LA en utilisant le lien suivant :http://www.loire-atlantique.gouv.fr/Publications/Publications-legales/Enquetes-publiques/SAEML-Loire-Atlantique-Peche-Plaisance)
La question de fonds est le suivi à long terme de ce mini stockage de déchets dangereux.. en règle générale , on oublie ( cf le cas des dépôts de pétrole de l'amoco cadiz dont on a perdu la trace ou plus près de nous les stériles radioactifs de Pen Aran que l'on retrouve dans des campings ou des lotissements!).
Et dans 25 ans si l'activité du champs éolien est terminé et qu'il est décidé de démolir le bâtiment de maintenance, pensera t on à financer l’enlèvement des "poches" de sédiments pollués entreposés 25 ans plus tôt ? non vraiment ce stockage sur place semble être une vraie fausse bonne idée, qui n'est pas autorisée par la Préfecture à ce jour .

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter