La Turballe Infos

La Turballe : Pen-Bron s’est arrêté de vivre hier, quelle tristesse !

Ambiance morose hier à Pen-Bron pour le départ des patients vers Saint-Nazaire. Malgré les nombreuses manifestations de soutien, l’ARS a imposé son dictat, au mépris de l’intérêt des malades et du personnel soignant.

On sentait depuis plusieurs mois une forme de résignation, le centre de Pen-Bron s’est installé dans un bâtiment attenant à la cité sanitaire à Saint-Nazaire. Il n’y aura plus les incessants ballets d’ambulances entre Saint-Nazaire et La Turballe. Le nouvel établissement dispose de 90 lits contre 104 précédemment et 40 places en hôpital de jour. Tout ça est très bien modernisé, et fera sans doute quelques économies, mais il y a une chose inestimable que les pouvoirs publics ont oublié, c’est le moral des patients.

Car en effet la beauté du site contribuait  souvent dans 50% du résultat de la guérison. L’humain n’est plus pris en compte dans les décisions prises par ceux dans les bureaux qui n’ont sans doute pas compris ce qu’était Pen-Bron. Les patients étaient chaque jour émerveillés par la beauté des paysages, qu’il fasse beau ou mauvais. L’environnement, le climat leur donnait un moral au beau fixe, associé à une qualité de soins remarquables. Demain les patients se réveilleront avec la vue des cubes de Saint-Nazaire, et dans quelques temps on nous dira « tient c’est bizarre nos patients sont moins dans la volonté de s’accrocher à l’amélioration de leur condition. »

Les bénévoles de l’association les Amis de Pen-Bron remplissaient hier les cartons, comme si ça leur arrachait le cœur de partir. Ils s’accrochent à l’espoir que Pen-Bron rouvrira  un jour mais pour l’instant on est dans le flou artistique. Un projet de village vacance famille pour handicapés est dans les cartons mais le décret n’est pas signé. Les discours n'ont qu'un but, de calmer le jeu et de faire passer la pilule du déménagement sans vague.

Sur le plan économique ce n’est pas une bonne nouvelle pour le commerce, et en particulier les hôtels et restaurants de La Turballe qui recevaient les familles.

Voilà Pen-Bron c’est fini, victime de décisions froides et brutales où l’humain n’a plus sa place.

Les réactions politiques :

Nous n’avons pas pu joindre le maire de La Turballe

René Leroux ancien maire 

" L’ARS n’a pas véritablement de projet. J’avais pris des contacts avec les différents ministères. L’âme de Pen-Bron ne devait pas s’éteindre, ça me fait très mal car je me suis beaucoup battu pendant mon mandat pour essayer de maintenir Pen-Bron.

Le maire  avait dit « qu’il sauverait Pen-Bron » mais il est resté étrangement silencieux. Il n’a jamais fait signer la moindre pétition, on ne l’a pas entendu une fois prononcer le mot Pen-Bron au conseil municipal, j’aimerais bien savoir ce qu’il a en tête, car ils sont restés les bras croisés. La ministre aurait pu avoir une communication avec le maire si il l’avait contacté. Il y a 4 hectares couverts, une mobilisation aurait pu se faire avec Cap Atlantique. Rien n’a été fait pour maintenir une activité à Pen-Bron. Je suis déçu et ému."

 

Alain Dubois candidat à l’élection législative ancien élu de La Turballe 

« Voilà, c’est fini, les derniers résidents de Pen-Bron sont partis, et le centre va fermer.

Je pense aujourd’hui à toutes ces générations de malades qui sont venues ici et qui en ont tous gardé un souvenir fort ; fort par la souffrance qu’ils subissaient, fort par le site merveilleux qui les aidait à la surmonter, fort par la qualité des soins du personnel médical, fort par l’écoute permanente du personnel administratif, des cuisines, du personnel d’entretien, fort par le dévouement des bénévoles des « amis de Pen-Bron », notamment avec cette belle croisière annuelle.

Je pense à cette belle petite chapelle où je venais souvent, chargée d’émotion, des enfants malades qui venaient y prier, des personnes handicapées qui y cherchaient du réconfort.

Je pense à  ce petit cimetière d’enfants à proximité.

Aujourd’hui, aucun élu n’a jugé bon de se déplacer à Pen-Bron, comme si le site n’existait pas. La feuille d’information de la municipalité n’en met pas une ligne.

Et pourtant, c’est aussi un drame social qui se joue. Tous le personnel ne suivra pas à Saint Nazaire, et viendra encore plus grossir les rangs de pôle emploi à la Turballe.

L’heure aujourd’hui n’est pas à la polémique, mais quand même, le maire actuel aurait sans doute mieux fait de se battre pour l’emploi, que faire plaisir à quelques uns par des fêtes couteuses et inutiles. 

Depuis des années, on entend des propos lénifiants sur l’avenir de Pen Bron, et aujourd’hui, rien, ça ferme !

Y aura-t-il un gardien pour empêcher les squatters et les pillards ?

Y aura-t-il un projet cohérent pour faire revivre ce site merveilleux ?

L’année 2017 ne pouvait plus mal commencer pour notre commune, dans un silence assourdissant !

Je suis triste, triste de la fermeture de Pen-Bron que j’aime tant, triste pour la commune de la Turballe qui ne prend pas conscience de ce qui se passe »

Auteur : JBR | 02/01/2017 | 28 commentaires
Article suivant : « Le marché de Noël de Pen Bron, une belle animation au service du handicap »

Vos commentaires

#1 - Le 03 janvier 2017 à 11h57 par soizick, La Turballe
Je partage entièrement le point de vue de mr Leroux, et l'émotion de mr Dubois. même si ce n'est pas le fait de la municipalité actuelle, rien n'a été fait pour se battre pour le maintien de pen Bron. c'est une honte, et le maire en premier devrait partir et son conseil avec, qui une fois de plus démontre son incapacité à gérer un dossier aussi important que Pen Bron. Cette municipe aura été celle du chomage pour le peuple et des fêtes pour les amis de Roy et Branchereau. Des NULS !!
#2 - Le 03 janvier 2017 à 13h26 par un deja deçu, La Turballe
oui certains turballais sont tristes encore une partie du patrimoine et de la notoriete de LA TURBALLE est partie....

quel excuse va nous donner notre maire a la ceremonie des voeux ce vendredi ?
#3 - Le 03 janvier 2017 à 16h00 par Arthur, La Turballe
Même si je ne partage pas les idées de Dubois et Leroux pour une fois je partage leur manière de voir les choses au sujet de Pen Bron. On a enfumé les turballais.
Pas d'usine à poisson, plus de camping, Pen Bron parti, ça va être maigre le bilan de l'équipe en place aux prochaines élections municipales.
#4 - Le 03 janvier 2017 à 18h29 par REMY, La Turballe
Avec la fermeture du centre hélio marin de Pen Bron c’est évidemment une nouvelle page de la Turballe qui se tourne, un peu comme la fermeture de la dernière conserverie en 1989 (que le maire de l’époque n’avait pas pu éviter), avec en plus une grande composante humaine, que ce soit au niveau de patients que du personnel.
Le Budget mis sur la table pour la construction des bâtiments aurait sans doute suffit à la rénovation des bâtiments de Pen Bron qui depuis quelques années se délabraient au détriment du confort des malades et du personnel qui travaillait souvent dans des conditions déplorables.
l’ARS n’a pris sa décision que sur des critères économiques, de rentabilité et de réduction des frais de fonctionnement. Et cela est choquant, mais apparemment pas suffisamment pour lever contre cette décision, qui ne date pas d’hier et de bien avant mars 2014, une contestation populaire revendicative. En 1989 les Turballais et Turballaises avaient manifesté contre la fermeture de l’usine Gravier. Ceci dit cela n’a pas changé grand-chose…
Ce qui me gêne dans cette histoire, en lisant les commentaires ci-dessus, c’est cette espèce de récupération politique de circonstance. Certain a été aux commandes de la commune et n’a pas vu le vent venir, Certain s’en va de sa grande envolé lyrique, mais pourquoi n’a-t-il pas mené la fronde ? Aucun commentaire des personnes concernées, patients, personnel médical, personnel de service, rien… pas un mot. JBR , pourquoi ne pas leur avoir tendu le micro pour avoir leur sentiment ? Pas assez politique sans doute ?
Et maintenant, après ce désastre économique, que faut-il faire ? Qui a les cartes en main ? Qui aura les moyens ? Qu’est-ce qu’il est acceptable de faire et qu’est- ce qu’il ne l’est pas ? Qui décide quoi, quand et comment ? Le flou persiste depuis quelques années et c’est très troublant pour ne pas dire plus. Mais c’est sans compter sur les pouvoirs d’investigation de LTI qui devrait avoir bientôt les réponses.

Dans ce contexte morose je vous souhaite à tous une année 2017 pleine de Bonheur, Santé, Prospérité et d’Information…

A+
#5 - Le 03 janvier 2017 à 19h13 par Raoul, La Turballe
J'ai entendu que la maintenance des eoliennes ne se ferait pas à la turballe, maintenant, c'est pen bron qui ferme, on brade le camping municipal,on a loupé l'usine à poissons, combien de temps va t on laisser cette bande d'incapables à la mairie. Je vais finir par regretter leroux, lui au moins se battait pour sa commune. Partez mr Branchereau, retourner sévir à votre sivu que vous avez ruiné, arretez la casse !
#6 - Le 03 janvier 2017 à 19h50 par ART
Cet article de LTI nous satisfait pleinement car il reflète très bien la réalité et le ressenti de la majorité des patients et salariés de Pen-Bron et de la population turballaise contrairement aux propos plus convenus que l’on a pu lire ou entendre par ailleurs sur l’intérêt du déménagement du centre de rééducation à St-Nazaire.
Nous regrettons cependant au delà du silence habituel de notre maire de ne pas y trouver la parole d’élus de notre commune qu’ils soient de la majorité ou de la minorité alors que Pen-Bron était le 1er employeur Turballais, un acteur économique important et que beaucoup de questions sur l’avenir de ce site restent encore sans réponse sure.
#7 - Le 03 janvier 2017 à 19h51 par ART
suite1
Quelles seront les répercussions de ce départ ? comment nos élus envisagent t'il l’avenir de ce site ? quelles sont leurs propositions pour compenser ces emplois sur notre commune et éviter par conséquent le risque de déménagement des jeunes actifs Turballais pour se rapprocher de leur lieu de travail ?
En tant que candidats de la liste bien vivre ensemble nous nous étions engagés sur un programme dans lequel nous souhaitions Protéger et valoriser le territoire de la commune et cela passait entre autre par être très attentifs au devenir du site de Pen-Bon et aux projets soutenus par l’association gestionnaire.
#8 - Le 03 janvier 2017 à 19h53 par ART
suite2
Certains d’entre nous ce sont personnellement impliqués dans ce centre : Monica POIVRET Présidente de l’A.R.T comme membre actif depuis 6 ans de l’association des amis de Pen-Bron et Sylvie COSTES Vice-Présidente de l'A.R.T, comme salariée pendant 20 ans et représentante des salariés pendant 10 ans pour une défense très active du maintien de cet établissement sur le site de Pen-Bron auprès de l’association gestionnaire, de l’A.R.S et des pouvoirs publics interpellés à ce sujet depuis les années 2000.
#9 - Le 03 janvier 2017 à 19h53 par ART
suite3
La délocalisation de ce centre vers St-Nazaire n’a malheureusement pu être empêchée.
Aujourd’hui nous souhaitons cependant réaffirmer qu’en tant qu’association de citoyens impliqués dans la vie publique de notre commune nous resterons très attentifs à l’évolution des projets d’avenir et à la protection de ce joyau turballais.

Le Bureau de l’A.R T.
#10 - Le 04 janvier 2017 à 15h13 par Sylvie COSTES, La Turballe
En réponse à Rémy et à tous ceux soucieux de rétablir la vérité sur les différentes actions menées par les salariés de Pen Bron, la population et les élus depuis l’annonce par l’ARS de ce transfert,
Vous pouvez lire ces articles encore disponibles sur la toile dont voici les liens :
- http://www.saint-nazaire.maville.com/actu/actudet_-Centre-de-Pen-Bron-le-refus-du-transfert_loc-410815_actu.Htm
- http://hippocampeinfo2.over-blog.com/article-10729217.html
- http://levieuxlogisguerande.over-blog.fr/article-centre-heliomarin-de-pen-bron-dr-francois-moutet-en-est-le-directeur-depuis-1982-64385856.html
-http://m.presseocean.fr/actualite/mouvement-de-greve-au-centre-de-reeducation-de-pen-bron-17-06-2014-112674

Contrairement à ce que dit Rémy qui ne semble pas connaître le sujet autant qu’il le laisse entendre et sans doute moins que d’autres, vous pouvez ainsi constater que de nombreuses actions ont été faites, dont de manière non exhaustive :
- rencontre des instances et des pouvoirs publics : ARS, Sous-Préfet, Association des Œuvres de Pen-Bron,
- manifestation en mai 2007 des salariés avec des patients, des habitants et des élus de la Turballe dont le Maire monsieur LEROUX,
- lancement en 2007 d’une pétition sur l’ensemble de la presqu’ile guérandaise rassemblant plusieurs milliers de signatures envoyées à l’ARS,
- ouverture en 2007, d’un cahier de doléances dans plusieurs mairies dont celle de La Turballe.
- plusieurs manifestations de salariés et envoie de communiqués de presse depuis 2007.

Il n’est pas question ici de récupération politique mais d’effort de mémoire sur tout ce qui a été fait et par qui pour maintenir les activités sociales, médico-sociales et sanitaires sur le site de pen-bron.
Il ne suffit pas de s'épancher dans la presse mais d'agir réellement sur le terrain avec les moyens que l'on a et de le faire savoir.
Alors que chacun agisse en conséquence.
#11 - Le 04 janvier 2017 à 16h04 par  zozo , La Turballe
je pense que se maire n'est pas humains il a pas penser au malade mis au enfants qui étais si heureux je l'ais et promenées quant il étais dehors ils "tais heureux ,maintenant le béton voila leur vue ,ben pron fermer, usine de poisson néant ses partie pour , le camping ses mal partie ,je ne pense pas que la populations ne vous a pas élus pour ses grosses bêtises, que va t il faire mainte-ment Meur le Maire arrêter ou partée
#12 - Le 04 janvier 2017 à 16h27 par Héolienne, Piriac Sur Mer
Bonjour,

C'est bien dommage pour les patients, pour le personnel, pour le patrimoine, pour l'Histoire, pour La Turballe...

Espérons que les bâtiments de Pen Bron resteront debout... et qu'on ne vas pas en faire un super complexe hôtelier de luxe... où il ne sera plus possible de venir faire une petite boucle de balade car les gens riches n'aiment pas voir le "peuple" déambuler sous ses fenêtres...
#13 - Le 04 janvier 2017 à 17h14 par soizick, GuÉrande
Bravo mme Costes, on en est où aujourd'hui ?
#14 - Le 04 janvier 2017 à 17h14 par REMY, La Turballe
Madame COSTES, bonjour.
Je vous remercie de votre commentaire, car il est très important de rétablir certaines vérités. Je ne connaissais pas l’antériorité de la décision de l’ARH . 2007, dites-vous, Presque 10 ans ! Cela relativise les commentaires de certains sur les responsabilités de ce désastre.
Rien de plus à ajouter sinon bon courage.
A+
#15 - Le 04 janvier 2017 à 21h39 par mourain
Lu dans la presse:"Pen Bron sera surveillé".Cout de l'heure de gardiénage:21 euros,8heures par jour(un minimum!)365 jours par an =61320Euros qui va payer?
Que va faire un gardien quand une bande voudra sqatter les locaux ou piller?
Des locaux non habités ni chauffés se degradent tres vite!
Si l'ARS est responsable de ce desastre(voir dans Ouestfrance de ce jour page 4 "L'ars et ses nettoyeurs"! On attend une réaction du maire!
Pour l'usine à poisson:la municipalité n'est pas responsable:c'est le fait d'une poignée de proprietaires qui craignaient une devaluation de leurs bien!
Arretons toutes polemiques et recuperations.Que va devenir ce lieu?On peut craindre le pire quand un gros cheque sera proposé!
#16 - Le 04 janvier 2017 à 23h07 par leon, La Turballe
notre maire et son équipe sont des incapables,tout le monde le sait.
mais ou est notre député,déjà à la retraite?
#17 - Le 04 janvier 2017 à 23h24 par Sylvie COSTES, La Turballe
La vérité Remy c'est que ce n'est pas parce qu'une décision est prise qu'elle est bonne et que rien ne peux être fait pour en modifier la teneur et les effets.
Les actions de 2007 ont permis de repousser à 2017 le départ du CRF initialement prévu en 2012 par l'ARS.
Mais l'intervention des politiques est importante dans les dernières négociations pour faire pression auprès des institutions afin de limiter au
mieux la casse sociale et les répercussions sur
l'économie de la commune.
La question qui reste donc poser: qu'ont fait nos élus avant mais aussi depuis 2014 pour éviter le désastre économique et humain dont vous parlez?
Il ne s'agit pas de toujours expliquer ce que les autres n'ont pas fait mais de montrer ce que l'ont
fait et pourquoi or le fait.
Vous dénoncez dans votre commentaire un manque de contestation populaire revendicative sans doute "à la trotskyste"!!!!
Mais vous savez bien que pour cela il faut des meneurs et n'était-ce pas le rôle de nos élus.
Ont-ils été présent dans les manifestations organisées par les salariés, ont-ils interpellé la population sur les effets sur la Turballe d'un tel
transfert, sont ils intervenus auprès des politiques pour appuyer les projets d'avenir de ce site?
La communication de tous ces éléments aurait alors peut être permis aux citoyens Turballais de mieux comprendre les enjeux et d'avoir d'autres informations que les propos convenus destinés à ne pas faire de vague en attendant que tout le monde oubli.
Car aujourd'hui tout reste encore à faire pour
redonner vie à ce site. En effet selon les dires de Mr ANDRE, DG des œuvres de Pen-Bron, concernant le projet de vacances répit famille: "le ministère semble favorable, mais l'ARS doit nous donner son feu vert, on espère encore pour 2017. Il y a 10 projets comme celui-ci imaginés par PRO-BTP et l'AFM-telethon et pen-bron en fait parti".
Rien n'est donc décidé concernant l'avenir.
À nos élus maintenant d'agir auprès des politiques pour développer de l'emploi sur
ce site
#18 - Le 05 janvier 2017 à 10h52 par delphine275
Je pense que nos élus n'en ont rien à faire des projets "sociaux" autour du handicap à Pen Bron. Ils ne vont rien faire, attendre que ça se gate et puis après ils expliqueront qu'il n'y a pas d'autre solution que de vendre au plus offrant style "Barrière " et comme ça tout sera privatisé du camping à la pointe. J'espère que l'association des Oeuvres de Pen Bron n'est pas dans le même état d'esprit sinon on est mal!
#19 - Le 05 janvier 2017 à 16h06 par REMY, La Turballe
Entièrement d'accord.
sauf pour le "troskysme", je ne vois pas trop la rapport ?
Si les ODP ont eu 5 ans de répit pour savoir quoi faire a la suite du CRF il est vrai que cela est difficilement admissible.
A+
#20 - Le 06 janvier 2017 à 08h49 par soizick, GuÉrande
tout le monde y va de sa petite phrase, de sa polémique, "moi j'ai fait, moi j'ai dit, vous n'avez rien fait" et pourtant les faits sont là, le site est bel et bien fermé, et personne aujourd'hui n'est capable d'affirmer ce qui va se passer. Et c'est comme ça depuis des années. Je me souviens des propos de françois Moutet qui nous disait que tout était prévu, qu'il n'y avait pas de souci à se faire, que l'emploi serait préservé etc etc . Tout ça n'était destiné qu'à calmer, apaiser, mais du mensonge. Moutet qu'on a porté aux nues, encensé, sanctifié, n'est que le fossoyeur de pen bron. C'est l'image qu'il laissera derrière lui
#21 - Le 06 janvier 2017 à 17h29 par une salariée, Guerande
Ce matin je me suis levée pour aller travailler mais je n'ai pas vu cette belle route qui me conduisait à mon travail je n'ai pas vu non plus cette vue sur chaque fenêtres des patients, je n'ai pas vu les sourires de mes collègues, mais j'ai vu en allant travailler une simple route menant à des bâtiments insipides, à chaque fenêtres encore des bâtiments, est sur chaque visages beaucoup de tristesses, des larmes de la résignations de la colères .... Politique pas politique je ne sais pas mais de la douleurs ca j'en suis certaine, celle ci ne se mesure pas. Ce site est un endroit exceptionnel j'espère juste qu'il sera honoré à sa juste valeur dans le respect le plus total.
#22 - Le 07 janvier 2017 à 13h01 par Charlotte, Ancenis
J'ai séjourné 18 mois à Pen Bron suite AVC. Je comprends très bien ce que dit cet article sur le moral des patients. L'environnement était pour beaucoup dans mon moral et mon évolution, sans compter la compétence de toute l'équipe médicale. Cette fermeture n'est pas une bonne chose. J'en suis triste
C'est comme si un ahuri décrétait un jour qu'il fallait déménager Kerpape.
#23 - Le 07 janvier 2017 à 18h40 par GRANDHOMME, Trignac
J'ai fait un séjour de 5 semaines à Pen Bron il y a plus de 2 ans. Oui c'était vieillot mais c'est justement ce qui faisait le charme de cet établissement. J'ai eu la chance d'y aller en septembre, il faisait un temps splendide. Le personnel était formidable et bien entendu la vue y était pour beaucoup dans le rétablissement, je voyais l'océan de mon lit. J'y ai retrouvé meilleur moral, et surtout meilleure santé. C'était un lieu magique, avec une histoire, j'ai acheté le livre que j'ai dévoré, formidable. Pourquoi fermer Pen Bron ? Bien entendu il y avait sans doute des transformations à faire, mais cela n'aurait-il pas été mieux de les faire plutôt que de transplanter les malades ? Et maintenant, ça va devenir quoi, car Pen Bron est un site classé, et il ne doit jamais être autre chose qu'un établissement médicalisé !! Je suis dégoûtée !
#24 - Le 16 janvier 2017 à 11h55 par BRISSET
C'est en effet une page qui se tourne... a qui la faute !la modernité! le confort pour les patients avant tout est c'est bien normal... ne regardons pas en arrière ... la commune n'est pas propriétaire du lieu ni gerante.. donc pourquoi incriminer les elus locaux qui n'ont aucun pouvoir...

Pen bron deviendra comme beaucoup de sites gérés par des associations de loi 1901 une ruine...
il y a plusieurs exemples en France et je vais ps les citer ici...

il suffit de consulter les sites de photos URBEX qui denoncent cet état d'abandon de nos domaines privés ou public.
je reviens de balade sur le site , les murs , fenetres etc suintent d'eau du à l'humidité qui y regne.. dans moins d'un an se sera pourri de moisissures, vitres cassées et tags...

Pen bron n'est pas le souci majeur de notre état. les caisses sont vides...

que se soit repris par un groupe privé ou un centre de repos medicalisé, il faudra au moins 5 ans avant que des travaux de refections commencent et pendant ce temps là PEN BRON tombera en ruine...

il ne sera jamais un centre medicalisé ne revez pas , il y a d'autres priorités ....les caisses sont vides!

les batiments de PEN BRON ne sont pas classés, c'est le marais qui est classé...

l'état ou une banque racheteront le domaine et le laisserons à l'abandon et on y pourra rien ...
#25 - Le 16 janvier 2017 à 15h53 par Simon, La Turballe
Je réagis trés rarement sur les médias d'information. Mais je ne peux laisser bruire des commentaires désuets et érronés sur les associations de 1901.
Certes cette petite association concernée à peu de moyens et surtout peu d'aide pour parvenir à monter un projet viable pour le site de Pen Bron. Mais il est indécent de désigner les personnes qui soulagent à bout de bras, de sueur et de temps des causes perdues d'avance.
Une petite liste de ces associations 1901
Action contre la faim. Aide et action. Atd quart monde. Cimade. Croix rouge française. Emmaus international. Fondation Abbé-Pierre. Fondation Auteuil. Handicap international. Médecin du monde. Partage. Oeuvre de l'ordre de Malte. Secours catholique. Secours populaire....
#26 - Le 17 janvier 2017 à 22h53 par alain dubois, La Turballe
Mr Brisset, je souhaite de tout coeur que vous vous trompiez,tout en sachant que vous avez raison.
tout cela est bien triste et reflète l'incapacité des uns et des autres de sauver ce site merveilleux. Dans quelques années nous serons jugés sévèrement sur notre absence de volonté, et je le dis, de notre lâcheté. aujourd'hui, travaillons pour sauver ce qui peut l'être, et trouvons une sortie digne dans l'esprit des créateurs du centre de Pen Bron
#27 - Le 18 mars 2017 à 11h35 par lamy, Chateauroux
bonjour a tous
depuis bien longtemps je mettais en avant l'importance de ce battre contre la fermeture d'un tel lieu
voila c'est fait et je lis beaucoup de réaction sur le sujet
trop tard
élu, ars etc voyaient certainement quelques choses dans le fait de fermer ce lieu
on annoncait un lieu de vie pour aidant
ou en est ont
rien de rien juste un gardien qui surveille le site
surveiller qui les fantomes des patients partis ou leurs histoires viens d'etre effacer
et les nouveaux patients dans un centre loin d'un tel lieu enfermer dans des murs
pen bron avait une histoire que peu peuvent prétendre a avoir
j'avais a l'epoque demander a monsieur le maire entre 2010 et les éléctions un rdv pour lui parler de l'importance de pen bron
moi habitants a plus de 400 km j'etais pret a venir dialoguer avec lui mais il a meme pas pris la peine de me repondre
le blog des enfants de pen bron etait une mise en avant et mise en garde de ce qui arrive
honteux j'ai honte d'une tel decision prise a l'encontre de malades prise a l'encontre du personnel de ce lieu
une décision qui a une autre histoire que vous découvrirez peut etre plus tard quand pen bron sera vendu
si jamais vous lisez ces mots monsieur le nouveau maire je suis a votre disposition pour vous dire mon mal etre d'avoir laisser mourrir votre histoir
emmanuel
#28 - Le 18 mars 2017 à 11h50 par lamy, Chateauroux
pen bron avait son heure programmé depuis bien des années et je vois je lis plein de reaction maintenant
il est trop tard j'aurais aimer voir les turballais se battre dire non
l'histoire de ce lieu viens de s'eteindre surveiller par un gardien
les fantomes de centaines d'enfants resteront a jamais la et les malades eux partent vers un autre lieu renfermer derriere des murs en centre ville
pen bron avait tout pour le bien etre des patients
dommage non tristesse surtout de voir que les élus non rien fait
monsieur leroux que j'ai contacté lors de son mandat n'a jamais repondu
j'avais demander a pouvoir venir oui faire 400 km pour lui dire l'importance de pen bron
pas une réponse et je lis ici qu'il s'est battu pour ce lieu
je suis enormement surpris de dire c'est la faute a un tel ou un autre vous étiez a l'époque l'élu de votre ville donc vous deviez agir sans attendre une pétition d'ailleurs les employés eux voulaient rester donc aucun respect meme pour ces personnes la
je suis enormement triste et décus de voir que maitenant on dit a si j'avais fait
cela est trop tard que va devenir pen bron ce centre de repos pour aidant
j'attend de voir avec impatience
ou vendu dans quelques temps quand les élus vous diront pen bron allait devenir une ruine c'etait beaucoup mieux de le vendre

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter