La Turballe Infos

La Turballe a la main verte

La commune vient de se voir décerner une 3e fleur au concours régional des villes et villages fleuris et un prix départemental pour ses jardins familiaux collectifs.

Un budget de 62 000 €

Photo : Jacinte Grenier
Photo : Jacinte Grenier

La récompense semble méritée au vu de ces quelques chiffres, entre 6 000 à 7 000 arbres répertoriés, 117 hectares d’espaces boisés classés, 20 hectares d’espaces verts, 100 variétés de vivaces et près de 350 jardinières ou suspensions florales qui germent chaque année.
Le budget « espaces verts » de la Turballe est de 62 500 € pour les achats de plantes. La commune a décroché sa première fleur en 1996 et la seconde en 2000. Avec 25 000 fleurs vivaces alliant esthétique et originalité, le jury a donc récompensé La Turballe avec une troisième fleur. Pour les années à venir, il va falloir maintenant tenir le rythme ou tenter de décrocher la quatrième, couronnement suprême.

Madame Binette

Photo : Jacinte Grenier
Photo : Jacinte Grenier

Comme dans d’autres communes, comme Saint-Brévin, La Turballe s’est aussi engagée dans une démarche environnementale au niveau du désherbage. Les agents municipaux utilisent le moins possible de produits phytosanitaires. L’on vient à bout des mauvaises herbes en nettoyant manuellement, en paillant le sol, avec de l’eau chaude, de la vapeur ou du feu. Madame Binette et sa sœur Balayette sont les reines des jardins turballais.
Si un certain nombre de villes et villages fleuris de la région concourent et obtiennent des prix du jury, la Turballe s’est aussi distinguée dans un autre palmarès, les jardins familiaux collectifs.
L’idée n’est pas toute jeune, mais est récente à La Turballe, puisque les premiers jardins collectifs sont apparus en 2010.

Mon bio jardin

Actuellement 12 parcelles de 100 à 120 m2 sont « exploitées » par des Turballais résidents à l’année et qui n’ont pas de terrain pour faire pousser des légumes.
Au prix du kilo de haricots verts, cette solution permet de faire un peu d’économie tout en profitant d’un espace privilégié. Le côté convivial prime, pas de clôture entre les parcelles cultivées à la guise de chacun. L’on y retrouve le partage du savoir-faire et des bons tuyaux en matière de luttes contre les parasites. Les coccinelles sont les bienvenues pour éradiquer les pucerons.
Des jardins bio, équipés d’un abri en bois et d’une partie commune avec toilettes sèches qui s’offrent aussi le luxe de posséder un puits.
Enraciner l’idée de verdure et de bons légumes du jardin est aussi traité dès l’enfance à La Turballe avec des actions en milieu scolaire, comme la distribution de graines aux enfants de la commune et la participation au potager qui alimente (en partie) le restaurant scolaire.

Auteur : JRC | 14/11/2011 | 1 commentaire
Article précédent : « La Turballe : Le conseil municipal examine son futur budget »
Article suivant : « Des contrôles de transport et des gilets jaunes »

Vos commentaires

#1 - Le 15 novembre 2011 à 14h13 par Grenier Jacinte, GuÉrande
Bonjour,
Pourriez-vous s'il vous plait noter la source des photos que vous avez diffusées dans cet article : ce sont les miennes, je les ai prises en juin 2011 pour un article sur les jardins familiaux, écrit pour saintnazaire.net. Mon nom : Jacinte Grenier, journaliste et photographe.

REDACTION : Il faudrait vous rapprocher de la Mairie qui nous a fourni ces documents. Cordialement

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter