La Turballe Infos

La ferme du Bois de Boulle : tendance bio

À la Turballe, il n’y a pas que le port et la mer. On trouve aussi des lapins, des poules et des vaches. Gros plan sur l’exploitation de la famille Macé, une ferme en GAEC productrice de « longues oreilles » et d’œufs.
Gérard Macé
Gérard Macé

En avant-première des portes ouvertes du 21 juillet, la ferme du bois de Boulle vient d’organiser une matinée de présentation pour les élus, ses clients et partenaires.
 

Autonomie alimentaire

Historiquement, la ferme produisait des lapins et du lait. Elle a entrepris une reconversion en agriculture biologique en 2009 pour se recentrer sur l’activité lapin et poules pondeuses ainsi qu’une petite activité de vaches allaitantes de race limousine.
Le passage en bio demande deux ans et depuis 2011, les terres sont donc certifiées du fameux label incontournable AB. L’exploitation, sur 115 hectares, emploie aujourd’hui 5 associés et 6 salariés. L’idée, explique Gérard Macé : « est d’avoir une autonomie alimentaire et en bio pour tous les animaux ».
La conversion est terminée sur les terres depuis un an, ainsi que sur les pondeuses (2 000 poules de race Lohmann) et les vaches allaitantes. Mais, la certification était trop lourde pour le lapin : « On en produit depuis 30 ans (40 000/an), nous avions les bâtiments, un laboratoire, mais le cahier des charges AB impose un élevage entièrement en plein air, y compris la maternité ». Un peu compliqué par rapport à l’acquis, de repartir ainsi. Du coup, même si certains sont élevés à l’air libre, le reste de la production se fait en bâtiment.
 

Herbe en séchoir

Néanmoins, l’une des particularités concerne l’alimentation, notamment de ces « longues oreilles » qui sont nourries essentiellement d’herbe. Ce qui paraît logique, mais loin de la réalité des exploitations industrielles. Ainsi, le GAEC a investi dans un séchoir gigantesque qui permet la production de nourriture pour les animaux, faite du foin et de céréales. « Au lieu d’acheter du soja au Brésil, même bio, on a sous les pieds de quoi nourrir les animaux et cette herbe est naturellement équilibrée ». Il fallait donc trouver le moyen d’exploiter et de transformer le fourrage, c’est fait grâce à un immense séchoir.

Vente en directe

Autre originalité, la ferme du bois de Boulle pratique la vente en directe depuis les années soixante et s’est logiquement associée à toute la mouvance des opérations comme les samedis fermiers, la filière des boutiques bio ou les marchés de terroirs. Une filière courte, gage de qualité qui s’est traduite par un autre choix logique, la diversification des produits. Ainsi, la ferme produit pâtés, rillettes, saucisses, paupiettes ou rôtis.
Elle a aussi la particularité de fournir des collectivités, notamment la restauration scolaire engagée aussi dans une démarche bio. Le menu des élèves de La Turballe, Saint-Molf et Mesquer comporte depuis longtemps des produits issus de la ferme. De nouveaux marchés sont en cours pour les collèges et lycées, via une politique encouragée par les conseils général et régional.
Enfin, le GAEC est associé à d’autres opérations comme Panier en Presqu’île, une association qui regroupe une vingtaine de producteurs. Les consommateurs peuvent ainsi composer un panier de produits frais sans se déplacer, par téléphone ou internet*.

Ferme ouverte

« Une agriculture durable qui intègre la dimension environnementale, le bien-être animal ainsi que la recherche d’une autonomie alimentaire et énergétique » ; c’est ainsi que se résume l’esprit de la vie de la ferme du bois de Boulle.
Elle va organiser une nouvelle porte ouverte, drainant généralement entre 2 500 et 3 000 visiteurs, signe que la ferme et le bio de surcroît ont un potentiel qui n’est plus vraiment à démontrer aujourd’hui. « Il y a une vraie envie de nature et de rencontrer sur place les gens de la terre ».
Elle se déroulera le 21 juillet, dans le cadre des samedis fermiers. Vous y retrouvez une vingtaine de producteurs, des animations, des artistes et artisans, une restauration sur place et la possibilité de visiter l’exploitation.


Pratique :

Le 21 juillet
Repas de la ferme : 16 € par personne (menu spécial enfant à 8 €) - uniquement sur réservation au 02 40 23 34 99 ou fermeduboisdeboulle@gmail.com.
Pique-nique possible.


Apéro festif de 19 h 00 à 21 h 00.


À partir de 21 h 00, le groupe de musique "La Belle Bleue" dans un concert "terroir" gratuit.

Un fléchage sera mis en place depuis La Turballe et Saint- Molf.
*panierpresquile.panierlocal.org

*GAEC : Groupement agricole d’exploitation en commun

Auteur : JRC | 30/06/2012 | 4 commentaires
Article précédent : « CFE, Cap Atlantique veut amortir la hausse qu'il a voté »
Article suivant : « L'Association des commmerçants et artisans veut faire le plein d'animations.... »

Vos commentaires

#1 - Le 03 juillet 2012 à 08h27 par REMY, La Turballe
Tout est dans les premiers mots
"à La Turballe il n'y a pas que le port et la mer".
Agriculture, Agroalimentaire, Artisanat divers , Tourisme, que d'atouts a mettre "aussi" en avant.
#2 - Le 03 juillet 2012 à 15h31 par Artisans du monde, Paris
Pour y avoir testé le pique nique je ne peux que conseiller la ferme du Bois de Boulle, qui pour un prix raisonnable propose d'excellents produits bio.
#3 - Le 01 décembre 2012 à 17h27 par VAN PUYMBROUCK, La Baule
J'envisage de faire une oie pour Noel, faites vous ce produit?

Cordialement R VAN PUYMBROUCK.
#4 - Le 10 février 2015 à 11h44 par pannetier, St Molf
bonjour,

j'ai appris que vous vendiez des poules de réformes , je serai interessé ,pourriez vous me donnez vos dates de vente merci d'avance

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

 Twitter réseau Média Web
Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter