La Turballe Infos

Hommage à Arthur de Bougrenet de la Tocnaye, zouave pontifical et deuxième maire de La Turballe

Dans le dernier numéro ( 63) qui vient de sortir, les Amis du Pays de Guérande publient un article de près de vingt pages consacrées Arthur de Bougrenet de la Tocnaye, une personnalité atypique à la tête de la mairie de 1874 à 1881.

Né à Guérande en 1841, au sein d'une vieille famille de la noblesse bretonne remontant à 1401, Arthur de Bougrenet de La Tocnaye est, par sa mère Anna, le petit-fils de Jean-louis Marie Fournier de Pellan, maréchal de camp, chevalier en 1815 de la légion d'honneur, propriétaire du domaine de Bissin. Il est aussi le neveu de François Louis, maire de Guérande de 1848 à 1849, puis de 1855 à 1860. Issu d'une phratrie de 7 enfants, Arthur étudie d'abord au petit séminaire de Guérande, de 1850 à 1854, puis au collège jésuite de saint François Xavier de Vannes, de 1854 à 1857, et au collège jésuite saint Clément de Metz, de 1857 à 1859. A 19 ans, il répond à l'appel lancé par le pape Pie IX, menacé dans ses états par les chemises rouges de Garibaldi. Il s'engage, avec d'autres guérandais dans les rangs des zouaves pontificaux. Il se distingue à la bataille de Mentana ( 1867) et au siège de Rome (1870). Après la capitulation du pape, il passe avec le grade de capitaine dans les Volontaires de l'Ouest ( 1870/1871). Sa belle conduite à Loigny et au Mans lui vaut de se voir attribuer la légion d'honneur. Démobilisé, en août 1871, il s'installe avec son père qui vient de l'acquérir au manoir de Bréhet. Le 28 juin 1874, il succède à Alfred Pellier, premier maire de la Turballe, une commune nouvellement créée , rattachée jusqu'en 1865 à Guérande... à la partition de laquelle il était hostile. De son action municipale, on retient surtout l'aménagement du territoire ( route de Lérat à La Turballe, de Queniquen à La Turballe, route de Coispéan à Méliniac, chemin vicinal du Requer) et son investissement dans le domaine scolaire : il crée une salle d'asile, équivalent de l'école maternelle et jette les bases de l'école de garçons. Pour avoir interdit l'inhumation d'un défunt enterré civilement, il aurait été révoqué par le préfet de l'époque Louis Herbette et sanctionné aux élections municipales de 1881. La population lui préfère François Naud, élu sous l'étiquette républicaine. Bon vivant, ami incomparable ( son ami Henri Le Chauff de  Kerguenec, dans ses souvenirs peut en témoigner), profondément catholique, esprit indiscipliné et intransigeant, Arthur se retire sur les terres de son épouse à Nouic, en haute Vienne. Là, il s'éteint prématurément, à l'âge de 42 ans, laissant deux garçons Alain et Pierre nés respectivement en 1876 et 1879. Il repose dans le vieux cimetière de Guérande. Sa tombe, près de l'entrée,  est  reconnaissable à la croix de Mentana qui la surmonte.

En vente au centre culturel Leclerc et dans les maisons de la presse de la presqu''ile guérandaise ;

Auteur : MT | 20/03/2016 | 3 commentaires
Article précédent : « Les élèves de Jules-Vernes font le cirque à La Turballe »
Article suivant : « La Turballe est chocolat »

Vos commentaires

#1 - Le 21 mars 2016 à 09h18 par soizick, La Turballe
nous avons actuellement de dignes descendants , toute une armée de zouaves en activité à la mairie de la Turballe
#2 - Le 21 mars 2016 à 19h22 par gayard
Article inédit et trés interessant !
Encore d'autres!
#3 - Le 31 mars 2016 à 09h19 par Meunier, GuÉrande
Bonjour,

J'enseigne l'informatique à l'école Sainte Marie de Guérande. Avec mes élèves de CM2, nous sommes à la recherche de tous documents, plans, photos, informations concernant cette école qui fêtera ses 130 ans cette année.
Tous ces renseignements pourront nous permettre de mener à terme notre projet.

Merci d'avance

Cordialement

Marylène MEUNIER

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter