La Turballe Infos

Fête de l’anchois : la visite de la criée

Réussite que la première fête de l’anchois organisée par l’office du tourisme qui a fait le plein de ses propositions de découvertes de la vie du port. Celle de la criée a remporté un vif succès.

La visite de la criée, proposée en saison habituellement à six heures du matin avait la particularité d’être animée par une simulation de vente à l’ancienne.
Un parfum très nostalgique
Et voilà le groupe parti pour la visite guidée. Il découvre les quais, la façon dont on débarque le poisson arrivant directement des bateaux, trié en caisse par espèce. Il va être étiqueté, pesé et va patienter en chambre froide en attendant sa vente.
Déjà les questions fusent : « Le poisson est pesé avec la glace ? » Non répond Catherine, la guide du moment, responsable du musée de la pêche « On l’enlève, on ne vend pas la glace, mais que le poisson ! ».
Elle explique aussi qu’il peut arriver en camion « pour limiter les aller- retours, les bateaux qui partent pêcher en Manche débarquent parfois dans d’autres ports et la marchandise est rapatriée ». Passage devant les portes de chambres froides dont la salle des boëttes. Explication, ce sont des appâts pour la pêche, la plupart des poissons sont carnivores, c’est là que l’on stocke d’autres petits poissons, des vers, des mollusques ou des crustacés, notamment pour la pêche au casier.
Le groupe de touristes arrive dans la salle des ventes quasi déserte à ce moment de la journée. Pour la démonstration, on a installé quelques caisses où se trouvent plusieurs variétés, maquereaux, soles, sardines et un énorme maigre de 25 kg.

« Le crieur, c'était le patron »

Dominique Leray
Dominique Leray

Dominique Leray est le responsable d’exploitation de la criée de La Turballe, il va prendre le temps d’expliquer le fonctionnement du site avant d’endosser l’habit du crieur, un métier disparu depuis l’informatisation du système de vente.
« À la Turballe, le début de l’informatisation de la criée date de 1993 » explique-t-il. « Cette évolution s’est faite non sans mal, il est difficile dans le monde maritime de faire changer les habitudes ». Pourtant il faudra s’y faire, le crieur disparaitra en 1995 pour laisser la place aux machines.
Dominique Leray décrit ce monde un peu étonnant pour le touriste où s'affrontaient marins pêcheurs et mareyeurs quand le prix de vente du poisson était régi par un seul homme, le crieur. « C’était lui le patron ». Le principe est le suivant, devant un lot de poisson, le crieur annonce un prix, ensuite, celui-ci augmente au fil des secondes dans un « marmonnage » ultra-rapide qui égrène les enchères.
« Il fallait connaître tout le monde et capter les clins d’œil ou les mouvements de tête, ce langage des signes pour savoir qui renchérissait ; pas évident devant la cinquantaine d’acheteurs qui se surveillaient aussi du regard ».
 

La bourse aux poissons

La démonstration, d’un autre âge et pourtant pas si lointain commence ; les visiteurs d’un jour jouent les acheteurs, quelques marins pointent leurs figures, petit sourire aux lèvres ; eux, ils ont connu cette époque pour de vrai.
Alors, pour le plaisir d’encore une fois faire résonner la halle désormais silencieuse, informatisée qui a bâillonné le crieur, Dominique Leray se lance dans ce langage énigmatique, un chant auquel seuls les initiés pouvaient répondre.
Le crieur ne crie plus que pour des fêtes et des rétrospectives, telle cette fête de l’anchois.
Demain, dans à peine trois mois, pire encore pour les vieux loups de mer, la vente sera ouverte à la toile, puisque les mareyeurs du monde entier pourront acheter à La Turballe via internet. La halle entièrement informatisée, mondialisation oblige, sera alors complètement aphone.
 

Pratique :
Tout sur les propositions de visites du port :
http://www.tourisme-laturballe.fr
Tél. : 02 40 23 39 87
 

Auteur : JRC | 03/08/2012 | 0 commentaire
Article précédent : « Les saisonniers ont été remerciés »
Article suivant : « Lorsque la Turballe fait pop-pop »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

 Publicité
Audiences annuelles des sites du réseau Media-Web
 Twitter réseau Média Web
Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter