La Turballe Infos

Élections sous tension dans les ports

La disparition programmée des comités locaux des pêches va entraîner des élections au sein de la filière le 12 janvier prochain pour mettre en place des comités départementaux ou des antennes au sein des instances régionales de la profession.

La loi de modernisation de l'agriculture et de la pêche (LMAP)

Depuis 2006, la question de réformer les organisations professionnelles est au centre de nombreuses discussions, en interne dans un premier temps, et de manière plus « formelle » depuis les annonces du Ministre chargé des pêches maritimes de l’époque, Michel Barnier.
En effet, dans le Plan Pour une Pêche Durable (PPDR), le Ministre avait annoncé la constitution d’un groupe de travail chargé de « rénover le cadre institutionnel de la pêche en conformité avec les évolutions du secteur ». Un groupe de travail piloté par la Direction des Pêches Maritimes et de l’Aquaculture (DPMA) s’est réuni à plusieurs reprises en prenant soin de rassembler les représentants des comités des pêches, les OP, les représentants du secteur coopératif et de l’aval de la filière.
Dans le même temps, deux études ont été menées, l’une sur la réforme des pêches maritimes, l’autre sur les organisations de producteurs  (Rapport sur la contribution des organisations de producteurs au renforcement de l’amont de la filière pêche).
Source : http://www.comite-peches.fr/site/index.php?page=g79

« No comment »

Il faut bien comprendre que cette réforme est le fruit du constat de la baisse des moyens financiers découlant de la réduction du nombre de pêcheurs et de bateaux. La nouvelle organisation entraînée par ces disparitions est un sujet ultra-sensible dans la Presqu’île. Cette économie de moyen est aussi mal ressentie du fait de la perte de proximité entre les acteurs de la filière et interlocuteurs administratifs (Affaires maritimes).
Nombre sont dans l’inquiétude du nouveau dispositif, puisque les compétences sont transférées, non pas au niveau départemental, mais régional, sauf dans un cas d’espèce. En effet, en Loire-Atlantique, les ports de la Turballe et du Croisic pourtant sous la houlette d’une SEM ont préféré ne pas mettre en place une structure départementale. Interrogée sur le sujet, l’ex présidente du comité des pêches de La Turballe Dominique Lebrun préfère ne pas s’exprimer avant le résultat des élections qui précéderont le vote désignant un président.
Les autres comités locaux touchés sont Saint-Nazaire et Pornic.

Quelles sont les compétences actuelles du comité régional (CRPMEM)* ?

- Participer à la définition des mesures visant à assurer une gestion équilibrée des ressources marines ;
- Assurer l’information de toutes les professions intéressées du secteur des pêches maritimes et des élevages marins des mesures prises par le Comité National des Pêches ;
- Fournir une assistance technique aux activités de la Pêche Maritime de la Région ;
- Contribuer à des expérimentations, à des travaux de recherche à des études socio-économiques, ainsi qu’à leurs applications dans le domaine de la mise en valeur des ressources marines et aquacoles.
Coordonner, en liaison avec le Comité National des Pêches, l’action des Comités Locaux des Pêches de la région Bretagne.
 

Quant aux rôles des Comités des pêches, ils étaient les suivants : 

- L’organisation des pêcheries, en ce qui concerne la limitation de l’effort de pêche, la fixation des dates d’ouverture et de fermeture de la pêche de certaines espèces, la définition de zonage ou de carroyages particuliers et la fixation de règles de cohabitation entre les métiers;
 - l’adéquation, pour certaines espèces ou certaines pêcheries, de l’outil de pêche à la ressource disponible, par l’institution de contingentement de licences de pêche, l’ajustement de l’effort de pêche concernant la taille, la puissance des navires et la normalisation des caractéristiques des engins de pêche ;
- la limitation du volume des captures de certaines espèces, par la définition de quota de pêche ;
- la définition des conditions de récolte des végétaux marins et de leur culture en matière d’élevages marins, aux modalités techniques de coexistence entre les différentes activités d’élevage marin.
Source :http://www.bretagne-peches.org/
Bruno LE MAIRE, Ministre de l’Agriculture, de l’Alimentation, de la Pêche, de la Ruralité et de l’Aménagement du Territoire, s’était rendu à Pornic le 12 décembre dernier. Il y avait rencontré des représentants de pêcheurs et avait réaffirmé son soutien au secteur de la pêche et notamment à la pêche artisanale. Il avait indiqué aux professionnels les trois priorités pour conforter les perspectives de la pêche française : s’organiser, innover et convaincre.
Les résultats des élections qui concernent toute la Bretagne devraient être en ligne sur le site de la Direction interrégionale de la mer le 13 janvier.
http://www.dirm.nord-atlantique-manche-ouest.developpement-durable.gouv.fr/
* Comité régional des pêches Maritimes  et des élevages marins de Bretagne

Auteur : JRC | 04/01/2012 | 1 commentaire
Article précédent : « Le sous-préfet interpellé sur Pen Bron »

Vos commentaires

#1 - Le 24 février 2012 à 02h16 par Bretagne Réunie, Nantes/pouliguen/stnazaire/lorient/...
Communiqué de presse de Bretagne Réunie (Nantes, Février 2012):
Non au rattachement forcé des pêcheurs de Loire-Atlantique au comité régional des Pêches « pays de la Loire » .
 
Bretagne Réunie s'étonne de ce que la non création d'un comité départemental des pêches en Loire-Atlantique soit présentée comme une évidence par certains médias.
En effet, suite à la réforme de l'organisation des comités des pêches (LMAP), qui a supprimé l’échelon local, le choix a été imposé en Loire-Atlantique d’un rattachement à un « comité régional pays de Loire » (C(I)DPMEM /CRPMEM ) siégeant aux Sables d'Olonne en Vendée. Cette nouvelle structure dont les pouvoirs sont renforcés, rend caduque la création d'une structure départementale en Loire-Atlantique à l'inverse des autres départements bretons qui eux, s'en sont dotés. Nous nous étonnons, de l'acharnement particulier des structures d'état et paysdeloirienne visant, à sans cesse, vouloir noyer la Loire-Atlantique (ce département appartient au territoire breton millénaire) par des fusions avec d'autres départements -toujours non bretons, ce qui n'est pas un hasard- ou dans des structures « pays de la Loire ».

En réalité plus des 2/3 des pêcheurs de Loire-Atlantique se sont prononcés pour la création d'un comité départemental en 2011.
Mais comme la loi impose une décision à l'unanimité la défection de quelques votes locaux a suffit à faire basculer la décision en faveur d'un unique comité régional.
Avec cette décision la totalité de plus de 20 emplois revient au siège du comité régional des Pêches aux Sables d' Olonne. La mésentente ( ultra minoritaire) au sein des pêcheurs de Loire-Atlantique (Le Croisic/La Turballe notamment), instrumentalisée par les tenants des Pays de Loire et des politiciens vendéens, a donc également fait perdre des emplois à notre département de Loire-Atlantique.
la suite sur:
http://www.bretagne-reunie.org/fetch.php?id=698

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

 Twitter réseau Média Web
Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter