La Turballe Infos

DLM Défense de La Mer : évoque un possible danger au parc éolien

La presse locale s’est fait l’écho d’une actualité récente : la longue dérive d’un bateau de pêche-promenade, l’Atika 2, au large des côtes de la presqu’île guérandaise.

" Partis de Mesquer le samedi 18 juin les pêcheurs amateurs naviguent en baie de Quiberon entre  Houat et l’île Dumet . Victime d’une panne de moteur et dans une mer agitée (force 6), ils ne peuvent regagner le port et passent la nuit en mer. 

D’importants  moyens de secours nautiques et aériens, civils et militaires sont déclenchés par le Cross d’Etel alerté : SNSM (cinq vedettes mobilisées), gendarmerie maritime, équipe nautique des sapeurs-pompiers, hélicoptère Dragon de la sécurité civile, Falcon 50 de patrouille maritime, en vain. 

Le bateau est enfin localisé et secouru seulement le lendemain sur le site de l’usine électrique d’éoliennes côtière  en cours de construction sur le banc de Guérande par le navire de surveillance du site, soit après de nombreuses  heures de dérive. 

Imaginons un problème similaire, dans un avenir proche, mais concernant cette fois un pétrolier, un méthanier ou un chimiquier en panne, par mauvais temps, dérivant vers nos côtes et venant  « jouer aux quilles » dans les 80 éoliennes implantées sur une aire marine de 80 km2, à l’entrée de l’estuaire de la Loire, zone maritime très fréquentée. 

Un véritable strike de bowling  dont nous imaginons les conséquences pour l’environnement.  

Nous avons connu ici, fin 1999, le drame de la marée noire de l’Erika qui avait touché les côtes de la presqu’île ; une des pires marées noires  en France et la pire catastrophe écologique de l’histoire maritime française (150 000 oiseaux marins tués). 

Après chaque marée noire, depuis le Torrey Canyon en 1967, on nous déclare qu’on va prendre des mesures et que cela ne se renouvellera plus…Depuis 1967 j’ai connu personnellement sept  marées noires successives ; les cliniques pour les oiseaux mazoutés s’en souviennent. Sans compter les nombreux et réguliers accidents survenus dans l’estuaire de la Loire, aux appontements de la raffinerie de Donges (1972 : explosion du Princesse Irène, Garofalidis…etc)  avec bien évidemment les mêmes promesses régulièrement renouvelées. 

Assisterons-nous  à une nouvelle catastrophe avec un Erika 2, voire pire ? 

Le collectif DLM (Défense de La Mer) créé en  2010 en presqu’île guérandaise a régulièrement attiré l’attention des pouvoirs publics (courriers, débats et enquêtes publics, articles de presse, recours…)  entre autres, sur la nécessité d’assurer la sécurité de la navigation maritime, qui plus est à l’entrée d’un estuaire où la circulation des bâtiments en transit est intense. Le rajout de 80 mâts d’éoliennes sur ce site présente sans conteste un danger supplémentaire évident pour qui a du bon sens. De plus on prévoit 62 nouvelles implantations d’éoliennes au sud de l’estuaire (projet Yeu – Noirmoutier)…et on nous annonce 50 nouveaux projets éoliens marins pour la France. 

Les générations futures nous demanderons des comptes. 

Nous ne sommes pas responsables seulement de ce que nous faisons mais également de ce que nous laissons faire."

Auteur : Tribune DLM | 14/07/2022 | 13 commentaires

Vos commentaires

#1 - Le 15 juillet 2022 à 21h05 par nicolas, La Turballe
comparer la navigation de pecheurs amateurs sur une coquille de noix avec des professionnels à la barre d'un pétrolier ??? c'est plus qu'ubuesque !!!!!
cet article défini parfaitement ce qu'est ce collectif, juste pitoyable et sans fond.
#2 - Le 17 juillet 2022 à 16h11 par Alain
#Nicolas: vous tirez une conclusion hâtive d’une inquiétude légitime d’un membre fondateur de DLM. Aussi légitime que l’inquiétude des militants antinucléaires qui comparent la sécurité d’une centrale nucléaire d’Europe de l’Est avec la sécurité de celles de pays développés et contrôlés…
Vous êtes vous-même pitoyable, et si DLM est sans fonds, avec un S, vous pourriez apprécier sa profondeur en consultant son site internet www.dlm-eoliennesenmer.net .
#3 - Le 17 juillet 2022 à 16h18 par Rémy Gautron, GuÉrande
Si vous saviez lire un texte vous auriez compris qu'il n'y était nullement question, pour ma part, de comparer la navigation et les errements d'un bateau-promenade de pêcheurs amateurs (et les enseignements à en tirer), avec des " professionnels à la barre d'un pétrolier... " comme vous l'affirmez.

Quoique!

Sachez que les propriétaires et gestionnaires de navires de transports de tout ordre, leurs armateurs, leurs affréteurs, les sociétés de contrôle, leurs capitaines et leurs équipages ; ainsi que les préfets maritimes et autres responsables chargés de la sécurité en mer...concernés par les catastrophes provoquées par les :
Torrey Canyon (1967), Olympic Bravery (1976), Boehlen(1976), Amocco Cadiz (1978); Gino (1979), Tanio (1980), Amazone (1988), Erika (1999), Prestige (2002), Grande America (2019) ..etc..etc
étaient tous des PROFESSIONNELS de la navigation et de la sécurité maritimes.
Nous savons tous ce qu'il en a été et nos côtes s'en souviennent...!

A Nicolas, vrai professionnel, lui, du commentaire anonyme : s'il est une chose comme il l'écrit lui-même " juste pitoyable et sans fond ", ce serait plutôt, à notre avis, la bêtise humaine !
Lettres, commentaires et autres assertions anonymes, ne sont acceptables que quand son auteur est effectivement PERSONNE !

"Deux choses sont infinies : l'Univers et la bêtise humaine. Mais en ce qui concerne l' Univers je n'en ai pas encore acquis la certitude absolue"
(A. Einstein).

Salutations en passant du Père Ubu (pour progresser vous devriez le lire, ainsi que le Bécherel).

RG pour le collectif DLM.
#4 - Le 18 juillet 2022 à 21h01 par nicolas, La Turballe
#2
fond
nom masculin
Partie la plus basse de qqch. de creux.

en effet les pseudos expertises de DLM sont les parties les plus basses de quelque-chose et sont creuses ; tout comme les burlesques arguments de RG, qui du haut de son trône psalmodie au nom d'un collectif non reconnu...
#5 - Le 18 juillet 2022 à 21h09 par nicolas, La Turballe
Voici ce que notre journal local expliquait il y a quelques temps sur DLM, car il faut le dire DLM a été créé sous l'égide de FPE avec bien sur, toujours le même président:

Trois associations, Decos, Les Amis de Mesquer et Pen Kiriak, ont annoncé leur démission de la fédération. La raison avancée :

« l’impossibilité d’obtenir de son président un fonctionnement interne constructif, participatif et serein, et des relations avec les représentants des collectivités territoriales permettant d’exprimer dans le respect mutuel des points de vue pouvant être différents dans un esprit constructif ».
Contacté, le président Rémy Gautron dit « se garder le droit de réagir après consultation du bureau ».

Et bien sur, il n'y a jamais eu de réaction ......

Le vouloir du Roi
#6 - Le 22 juillet 2022 à 18h32 par Rémy Gautron, GuÉrande
#5

1) "...le même président..." -
FAUX : trois présidents (élus en AG) se sont succédés à la présidence de la Fédération Presqu'île Environnement.

2) "...il n'y a jamais eu de réaction..."
ENCORE FAUX :
. voir entre autres : l'Echo de la Presqu'île (Réponse de la FPE - édition du 17 juillet 2015) et le long article paru sur guerande-infos.net (26 juin 2015).
Un court extrait des articles : " Les vraies raisons (des trois démissions) sont autres : la première est liée au positionnement de certaines associations par rapport au projet éolien sur le banc de Guérande, positionnement plus idéologique que de défense de l'environnement ; la seconde relève plus de l'exigence de relations rigoureuses d'indépendance que doivent entretenir pouvoir politique et associations environnementales sans compromis en échange de nomination de tel ou tel personnage..."

Pour informations complémentaires : 1) l'association Pen Kiriak, après un changement de présidence, face à une diminution du nombre d'adhérents et au non renouvellement des responsables (CA) a finalement été dissoute par son AG extraordinaire du 7 août 2019.
2) par ailleurs quatre nouvelles associations ont été créées en presqu'île depuis, et ont rejoint la Fédération Presqu'île Environnement.

Le bouffon se rappellera à l'occasion le proverbe poitevin que lui servait à bon escient son roi : " Au lieu de continuer de braire l'âne devrait vérifier qu'il n'a pas déjà eu son foin ".

R.G. pour la FPE
#7 - Le 22 juillet 2022 à 20h30 par nicolas, La Turballe
#3,
pout ta gouverne "Bécherel" est une commune d'Ile-et-Vilaine, pour la grammaire, la conjugaison et l'orthographe cela s'écrit "Bescherelle".........
tout s'explique et se confirme......
#8 - Le 22 juillet 2022 à 22h49 par Turballais, La Turballe
#7 non Monsieur inexact
Bécherel avant de donner des leçons on vérifie.
#9 - Le 24 juillet 2022 à 10h23 par nicolas, La Turballe
#8, revois tes infos, au pire "Larousse" existe.
https://mairie-de-becherel.bzh/
https://dictionnaire.sensagent.leparisien.fr/bescherelle/fr-fr/

#6, il faut apprendre à lire :
".. il faut le dire DLM a été créé sous l'égide de FPE avec bien sur, toujours le même président..".
Quand DLM a été créé, tu n'étais pas président de FPE par hasard ???

L'ennui dans ce monde, c'est que les idiots sont sûrs d'eux et les gens sensés pleins de doutes.
#10 - Le 24 juillet 2022 à 12h16 par Turballais, La Turballe
https://fr.wikipedia.org/wiki/Bécherel
#11 - Le 25 juillet 2022 à 09h47 par Christian Robin, La Turballe
1)Comme je l'ai sous les yeux, BESCHERELLE
2)Les gars et le filles,si vous entamez la discussion avec Rémy Gautron, vous n'avez pas le cul sorti des ronces.....
j'ai eu le déplaisir de le voir à l'oeuvre dans des réunions à Guérande, pinailleur jusqu'à l'extrême, ce qui est agaçant, mais pas trop grave, mais surtout, quel que soit le sujet de la réunion ( en l'occurrence ce devait être sur la définition du trait de côte) il tente de faire que la part minime qui lui est assignée, disons 2 degrés sur les 360 que compte le "camembert", devienne 358....
Je crois qu'on l'avait foutu à la porte de la réunion....
un petit exemple: le trait de côte des falaises du Croisic etc... " est-ce qu'on prend en compte la rencontre des rochers avec la mer, et à quelle hauteur de marée, ou bien la partie haute de la falaise ( partie sommitale)...ensuite, embrayage sur les plantes qui poussent la-haut, la protection du milieu, les mesures à prendre etc. etc...
Je rappelle le sujet: prise ne compte du trait de côte pour le DPM, afin d'évaluer les risques de submersion marine, d'érosion mécanique et tout le toutim...
Insupportable, ce mec...je crois que Bretagne Vivante ne voulait plus en entendre parler...
Mon sentiment est qu'il ne représente que lui-même, et qu'il tente d'exister en sautant sur tout sujet comme une tique sur un clebs....
#12 - Le 25 juillet 2022 à 19h12 par nicolas, La Turballe
#10, il faut relire ce que j'ai écrit car tu te contredis .....

#11, en effet, Christian, ce pseudo président n'est que le reflet du nombrilisme à l'extrême lol.

Ne pas se prendre pour le nombril du monde *****MODERATEUR***
#13 - Le 26 juillet 2022 à 21h40 par Gilles Manoury, La Turballe
Avec ce genre de projet fantaisiste tout peut arriver,ça fera une partie de bowling à quelques millions d'euros.
Et on dira encore dans les médias que ce sera la faute à la tempête.

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web Régie par : Agence de presse et marketing Images & Idées images-et-idees@mail.ch CH 1847 Rennaz
www.media-web.fr  |   Nous contacter