La Turballe Infos

Dissolution des comités des pêches

Médiaweb a demandé son avis sur la disparition des comités locaux des pêches à Max Palladin, le directeur de la SAEM* qui gère les deux ports du Croisic et de La Turballe.

« Il n’y aura pas d’impact direct »

Max Palladin le directeur de la SAEM des ports du Croisic et de la Turballe intérrogé au sujet de la dissolution des comités des pêches a expliqué :

«Les organisations professionnelles sont des structures qui ne sont pas liées aux criées. Les comités locaux de pêche étaient des interlocuteurs privilégiés avec le milieu ; on les retrouvait également dans les comités consultatifs portuaires.
» Je ne sais pas ce que cela peut avoir comme impact. Je pense que s'il y a des répercussions  ce sera sur l'aspect "représentativité" des pêcheurs, pour qu'ils fassent entendre leur voix au sein d'une structure plus importante et qu'ils ne soient pas lésés. Par exemple s'il y a des distributions de licences et de quotas.
»
Aujourd'hui, on se rend compte que cela passe plutôt par des OP (organisations de producteurs), alors que les comités s’intéressent plus à l’accès à la ressource.
»Il faut que les pêcheurs soient présents dans ces structures, mais ils ne sont pas tous disponibles. Un des problèmes de la pêche c'est d'être représenté aujourd'hui, car, ceux qui connaissent le mieux le milieu, ce sont les pêcheurs.
»
Pour les futures relations, Cela ne va pas nous toucher directement, sauf si cela achoppe sur les accès à la ressource qui se répercutent sur les criées. Nous sommes invités aux réunions en tant qu'observateurs, cela nous permet de rester à l'écoute des difficultés qu'ils ressentent.
»Le règlement sur les rejets en mer, par exemple, va avoir des répercussions sur les criées. Si le bateau est obligé de rapporter à terre des produits qu'il ne peut pas vendre, il va falloir les traiter à quai, qui va s'en occuper ? Les criées.
»Il y aura toujours des correspondants dans les deux ports. C'est avec eux que l’on travaille, il faut être à l'écoute et prêt à mettre en place des solutions. »


Propos recueillis par SD

*Société anonyme d'économie mixte
 

19/01/2012 | 1 commentaire
Article précédent : « La mairie demande « la bienveillance » du conseil général pour les excédents pêche et plaisance »
Article suivant : « Le Conseil Général confiant pour l’avenir de la SEM « Loire-Atlantique Pêche et Plaisance » »

Vos commentaires

#1 - Le 24 février 2012 à 21h39 par Bretagne Réunie, Nantes/pouliguen/stnazaire/lorient/...
Non au rattachement forcé des pêcheurs de Loire-Atlantique au comité régional des Pêches « pays de la Loire »

Communiqué de presse de Bretagne Réunie (Nantes, Février 2012):

http://www.bretagne-reunie.org/fetch.php?id=698

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

 Twitter réseau Média Web
Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter