La Turballe Infos

Des Highland à Pen Bron

Une solution écologique pour nettoyer une partie du site de Pen Bron vient d’être mise en place avec l’arrivée de deux vaches Highland.

Depuis 2010, la Ville de la Turballe a signé une convention pour une gestion « zen » de ce secteur avec le Conservatoire du littoral et le conseil général. Cette solution originale a trouvé son aboutissement et un consensus entre le Conservatoire, la direction de l’aménagement forestier, CapA et les services techniques de la ville. Il ne restait qu’à trouver les animaux.

Ainghir et Inga

C’est le prénom des deux femelles en attente de vêlage qui vont donc pâturer sur 3 ha clôturés. Les travaux de pose de clôture, financés par le département ont été réalisés par une équipe du chantier d’insertion Agir, le matériel a été payé par le Conservatoire. « La clôture a déjà été vandalisée » s’énerve, dépité l’éco-garde Ludovic Noisette qui passe tous les jours voir les animaux.
Les deux Highland se dissimulent dans un bosquet, mais, Ludovic Noisette a prévu d’un petit bonus, un demi-seau de farine (orge, avoine et blé) pour les attirer. « Elles commencent à s’habituer, hier, on a mis une demi-heure pour qu’elles s’approchent de nous ».

Made in Scotland

Les animaux ont été mis à disposition par des éleveurs d’Asserac Guillaume Ellequet et Céline Geslin, ces derniers pratique une agriculture biologique sur leur exploitation qui comporte aussi un troupeau de vaches laitières.
 Outre le côté spectaculaire et attractif de ces «  débroussailleuses sur pattes », l’autre intérêt de cette race bovine écossaise est qu’elle exerce un pâturage intensif sur la végétation, « Elle mange tout, même les ronces ». Elle est aussi très à son aise sur ce genre de territoire fait de landes et de marais.
Des animaux très spectaculaires de par leur robe rouge clair à foncé aux longs poils épais et dotés une paire de cornes impressionnante. Cette image de grosse bête intimidante cache en fait un caractère très paisible.
Elles seront bien tranquilles sur le site tout l’hiver, puis au printemps pour mettre bas, l’expérience expérimentale doit durer un an. Il est possible qu’un troisième animal rejoigne Ainghir et Inga dans les prochaines semaines.
Si l’annonce par la presse de l’arrivée des Highland devrait susciter des curieux autour du site, il faudra s’armer de patience pour les apercevoir. Ici, nous ne sommes pas dans un zoo, mais, dans ce que la nature fait de mieux en matière d’équilibre, sachons respecter cette action.
La Turballe n’est pas la seule commune à avoir des animaux comme « employés communaux », on peut citer par exemple les quatre moutons utilisés par la mairie du Pouliguen.

 

Auteur : JRC | 28/11/2012 | 1 commentaire
Article précédent : « Conseil municipal : Le petit séminaire turballais »
Article suivant : « Des vacances pour tout le monde »

Vos commentaires

#1 - Le 15 décembre 2012 à 22h34 par joelle gregoire, La Turballe
merci.quel beau cadeau de noel j'irais leur rendre visite demain dimanche au lever du jour. elles sont jolies quelles surprise ce samedi.merci.rose

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter