La Turballe Infos

Conseil municipal : ça sent l’été

12 questions à l’ordre du jour de ce conseil avec comme invités une sterne, des anchois et des fusils de chasse.

L’approbation du procès-verbal du dernier conseil a fait l’objet de discussions de la part de l’opposition par la voix d’Alain Dubois concernant le dossier Marjolaine. Pour le conseiller municipal : « Le texte n’est pas conforme, vous voulez annexer un parking public à une opération (immobilière) privée ». Et rajoute : « Je n’ai pas de leçon de socialisme à vous donner, mais là, c’est un peu étonnant, si vous me permettez ».
 

Logements sociaux

« Tous les stationnements liés à l’opération se font sur la parcelle et sont intégrés dans l’opération » répond Jean-François Guitton, conseil municipal (subdélégué aménagement du territoire et cadre de vie). En fait, « c’est mal rédigé » conclut-il. Alain Dubois demande une rectification du procès-verbal.
René Leroux ne laisse pas passer : « C’est le logement social qui vous ennuie ». « Je ne suis pas contre les logements sociaux » rétorque Alain Dubois. « Sous réserve de ces détails techniques concernant les parkings », le compte rendu est adopté à l’unanimité.
Après ce petit moment de joutes verbales, la suite du conseil est beaucoup plus détendue.
 

Les animaux s’invitent au conseil

On vote les nouveaux tarifs de la restauration scolaire qui n’ont pas augmenté depuis 2010 . Par exemple le repas enfant prend 10 ct à 2,70 € (le prix réel du repas est de 8,40 €).
S’en suit le vote d’une subvention de 1 500 € par la réalisation d’un documentaire La sterne et le paludier . Un film qui, s’il obtient assez de financement, sera tourné dans les marais salants de Guérande et du Mès. Ce projet privé a reçu des soutiens d’autres partenaires comme la Fondation de France ou le groupement des paludiers. D’autres communes, le département et la région ont été sollicités.
Sur la route de l’anchois, une nouvelle manifestation turballaise portée par l’OT reçoit une subvention de 4 000 €. Cette journée sera un temps fort des animations estivales (3 août) avec simulation de vente en criée, conférences, expo, ateliers, visites, stands de dégustations et chants de marins.
 

Un épandage malheureux

La délibération suivante concerne une remise gracieuse des loyers des jardins familiaux municipaux pendant deux ans (50 €/an) à la suite d’un dégât sur une canalisation de tout-à-l’égout. Cette boulette avait entrainé en septembre dernier un épandage des « eaux usées » sur les parcelles et donc un préjudice par la destruction des fruits et légumes et plusieurs mois sans possible utilisation des terrains.
La commune les a remis en état ; « Je peux vous assurer qu’ils n’auront pas besoin d’engrais cette année » a conclu René Leroux.
 

Pas Twitter pour régler les problèmes, mais un fusil !

Jean-François Guitton
Jean-François Guitton

La palme de la soirée revient à Jean-François Guitton, qui a dû faire un stage à l’école du rire avant de faire part de son compte rendu de la dernière AG de groupement Grande Brière-Mottière. Il siège à la commission syndicale qui gère l’exploitation du marais, la Turballe participe financièrement à son fonctionnement.
C’est donc plein d’humour qu’il a décrit son travail « là-bas » (Besné) : « Mais pourquoi m’avez-vous désigné pour me rendre à cette commission une à deux fois par mois ! Imaginez quand je rentre la nuit, l’hiver, quand je partage la route avec les sangliers et les chevreuils… ».
« À l’ordre du jour de l’assemblée générale, je ne voyais rien d’extraordinaire, et pourtant, une centaine de chasseurs se trouvaient dans la salle des sports. Il y avait un projet de réserve régionale pour des aménagements du marais. Les usagers, notamment les chasseurs ont déclaré que :  La Brière n’appartiendrait jamais à la Région, jamais à la commission syndicale et le tout accompagné de gros mots dont certains que je ne connaissais pas ». Éclats de rires dans la salle du conseil.
Il poursuit, pince-sans-rire : « C’est ce qu’on appelle un milieu sensible ; c’est une très belle aventure pour moi d’un point de vue sociologique ! ».
« Ici, pour régler les différents, on n’utilise pas twitter, mais un bon vieux fusil à deux coups dans le respect des traditions ». Fin du compte rendu et de l’histoire drôle du jour.
La suite des délibérations se fait rapidement avec une demande de subvention pour le futur aménagement de la rue de Bellevue, une modification du tableau des effectifs avec, notamment la création d’un poste de responsable du service animation culturelle et sportive, des acquisitions foncières (trois parcelles) et une garantie d’emprunt pour la société Espace Domicile sur l’opération Marjolaine. Déjà évoqué plus amont, il s’agit de la construction de 16 logements sociaux, la première pierre sera posée ce jeudi.
Enfin, les élus votent une convention avec la SAEML des ports pour la location de salles qui revient à la charge de la commune. Il s’agit de locaux occupés par des associations comme le musée de la pêche ou la Société des régates turballaises.
Le conseil se termine avec une liste de remerciements de la part d’associations qui ont reçu des subventions, que le maire remercie.
 

Auteur : JRC | 04/07/2012 | 6 commentaires
Article précédent : « Bordeau sans x à la Turballe »
Article suivant : « Piriac : Le conseil à l’unanimité »

Vos commentaires

#1 - Le 05 juillet 2012 à 08h35 par yves, La Turballe
j'ai assisté au conseil municipal et j'ai vu à quel point le maire en veut à monsieur dubois, en l'accusant d'etre contre les logements sociaux; c'est une accusation scandaleuse, il a toujours voté avec ses amis de l'opposition tous les logement sociaux proposés; il ne sait pas quoi inventer pour salir l'opposition
#2 - Le 07 juillet 2012 à 10h27 par REMY, La Turballe
« Tous les stationnements liés à l’opération se font sur la parcelle et sont intégrés dans l’opération » dixit Monsieur GUITTON.
Mais a défaut d'un stage a l'école du rire , il pourrait en profiter pour un stage de lecture de plans.

Si j'en croit la luxueuse brochure d'ESPACE DOMICILE, je compte :
8 garages couverts (dont il ne sera pas facile de s'extirper...)
8 places de parking dont une pour handicapés , normal.
La brochure n'indique pas de logement spécifiquement adapté au handicap, dommage.
Ce qui implique que cette place devra rester libre : donc, résultat du calcul
8+7 = 15 places, il en manque une.
Je ne connais pas les obligations en terme d'urbanisme quant aux places de parking,
mais un minimum d'une place garage et d'une place parking devrait être la règle, non ?.
Y compris pour les logements sociaux. Ne recommençons la bêtise de Bellevue...

A moins que la brochure d'espace domicile ne soit pas complète, auquel cas Monsieur
GUITTON pourra nous transmettre, par le biais de La Turballe INFOS, un nouveau plan où« Tous les stationnements liés à l’opération se font sur la parcelle et sont intégrés dans l’opération »

Dans l'attente,
#3 - Le 08 juillet 2012 à 13h57 par gizeh
Puisque nous en sommes a parler garage et parking... Quid des logements du centre ville, combien ont un garage? un parking? Si peu, au détriment des habitants des quartiers éloignés qui lorsqu'ils viennent faire leurs courses ne savent où se garer.
J'ajouterai dans le même sens, que la diminution de surface nécessaire pour construire hors centre agglomération, devient un énorme problème.
M'étant rendu, il y a peu route du Fan, cela devient de plus en plus dangereux avec les voitures stationnées hors propriétés, sur la voie publique, sur une route plus qu'étroite, et où certains ne se gênent même pas pour circuler à tombeau ouvert.
Au fait, ça construit à tout va sur cette route du Fan, mais il y a encore une partie de la zone hors réseau d'égouts. N'aurait-il pas été plus raisonnable de finir ce réseau avant de mettre les terrains en constructibles? Et n'est-ce pas la loi qui l'exige?
#4 - Le 10 juillet 2012 à 12h04 par REMY, La Turballe
@Gizeh
Si j'ai bien compris la remarque de Monsieur DUBOIS, le nombre de places pour stationner sa voiture étant limité : 1 par logement (quel couple aujourd'hui n'a pas de deuxième véhicule, voir plus s'il y a des grands enfants ?), les voitures des résidents occuperons donc les parking voisins, place du marché et parking du stade et sans que le promoteur du projet, Espace Domicile, n'est a débourser le moindre denier.
Et cela enlèvera d’autant plus de places aux habitants des quartiers éloignés comme vous le faites justement remarquer.
Pour la réglementation des habitations en centre ville, arrêtez- moi si je me trompe, mais une « taxe parking » est imposée aux nouveaux projets si vous ne pouvez pas fournir le nombre de place demandées. Cette taxe doit servir à créer des parkings… et là je ne pense pas que l’on ailles dans le bon sens.
#5 - Le 11 juillet 2012 à 09h02 par REMY, La Turballe
« C’est ce qu’on appelle un milieu sensible ; c’est une très belle aventure pour moi d’un point de vue sociologique ! ».
Les Briérons et les chasseurs apprécieront. A quoi cela sert –il de dénigrer une population, aussi spécifique soit-elle ?
Il en était de même a une certaine époque pour la population Bretonne que l’on avait plaisir a railler, a rabaisser, dans le seul but de voir disparaitre toutes ses particularités et de la faire entrer dans le « moule » Français. A moins que ce soit le but caché de notre représentant a cette commission syndicale ?
#6 - Le 11 juillet 2012 à 09h33 par dubois, La Turballe
pour paraphraser un grand homme, rémy, vous m'avez compris ! il n'y aura au mieux qu'un parking par logement sur la première tranche de la marjolaine, et encore je n'en suis pas sûr; ce dont je suis sûr c'est que si je n'avais pas soulevé ce point au conseil, l'annexion du parking public gaby vallot était acté; cela dit, vous avez parfaitement raison, lorsqu'un projet immobilier a un manque de parkings, il y a une taxe parking à verser; elle varie selon les communes, mais à nantes ou angers, c'est de l'ordre de 12 000 € par place manquante; le nombre de parkings est calculé par le nombre de logements, bien sur, mais aussi par le type des logements; un studio n'a besoin que d'un parking, mais un t3 de 2 et ainsi de suite; autant dire qu'il en manquera beaucoup; et nous verrons pour les tranches à venir! mais comme je l'ai dit au maire et à monsieur Guitton, nous compterons les parkings ensemble à la fin, et nous verrons bien qui a tort et qui a raison

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter