La Turballe Infos

Cap Radioactivité veut pouvoir mesurer pour alerter et agir

Après la réunion publique du 25 février le collectif Cap Radioactivité indique dans un communiqué comment il va poursuivre son action et souhaite pouvoir effectuer ses propres mesures.

"Le collectif Cap Radioactivité peut tirer un bilan positif de la réunion publique qu’il a organisée le 25 février 2015 à Piriac-sur-mer sur le devenir des stériles uranifères présents en presqu’île guérandaise.
Si le contrat était de sensibiliser les citoyens sur ce problème, nous pouvons considérer qu’il a été rempli dans un climat serein et respectueux, en présence d’intervenants de qualité et d’une assistance nombreuse. Cependant toutes les questions n’ont pas obtenu satisfaction. C’est pourquoi le collectif a décidé d’adresser plusieurs courriers avec différents objectifs.
Tout d’abord, Cap Radioactivité s’est adressé au Préfet de région au sujet de plusieurs interrogations :
- sur les prises de mesure : les mesures moyennes réalisées par Areva éliminent de fait n'importe quelle valeur même très forte si elle reste localisée
- sur les seuils d’intervention : dans certains secteurs du territoire français, l’autorité préfectorale a accepté de prendre en compte les demandes des associations ; c’est le cas de la Loire où la préfecture a considéré que, dès lors que la mesure est supérieure à 0,3 mSv, un site doit être assaini.
Nous souhaiterions que cette préconisation soit également suivie dans notre région.
Le collectif a également sollicité le représentant de l’Etat pour la création d’un comité de suivi des sites en précisant qu’il souhaitait y participer.
Ensuite, le collectif a demandé à la société AREVA la mise à disposition d’un appareil de mesure ou sa participation financière pour son achat. En effet, lors de la réunion publique, les représentants d’AREVA ont expliqué qu’il n'avait pas été possible de faire des mesures sur la totalité du territoire ; de ce fait, ils comptaient sur les particuliers pour leur signaler des anomalies susceptibles d'être traitées par leurs équipes.
Grâce à cet appareil, Cap Radioactivité pourrait effectuer des mesures chez les particuliers volontaires et alerter AREVA pour une intervention sur les points critiques.
Enfin, en raison de son coût (4 500 euros), un appel à contribution plus large a été fait auprès de plusieurs élus et collectivités : les députés M. Priou, M. de Rugy, le sénateur M. Dantec, le Conseil Régional des Pays de La Loire, le Conseil Départemental de Loire Atlantique, Cap Atlantique et les maires des 5 communes impactées (Piriac, Guérande, La Turballe, Mesquer et Saint-Molf).
Suite à la forte mobilisation citoyenne lors de la réunion publique, le collectif reste optimiste quant aux retours attendus et fera connaître les réponses ou absences de réponse des destinataires des courriers".

Pratique :
Contact : cap.radioactivite@free.fr
 

13/04/2015 | 0 commentaire
Article précédent : « La LPO Loire-Atlantique propose des sorties en mer au départ de La Turballe »
Article suivant : « Le Collectif CAP Radioactivité invite à une réunion publique »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter