La Turballe Infos

Apéro et dégustation sur la plage avec les Alguistes du Castelli

Lundi 1er août, 11 h 30, c’est avec un tee-shirt significatif « Compagnies pétrolières, terroristes de la mer » que Jean Claude Julien nous reçoit et nous met directement dans le bain pour commencer une balade dans les rochers Piriacais. En route pour découvrir laitues, haricots de mer, alginates et carraghénanes...
algue porfyra
algue porfyra

Depuis 6 ans, l’association des Alguistes du Castelli implique et associe les citoyens dans la protection de la nature. Association engagée dans la pédagogie de l’environnement comme le souligne Jean Claude, les quatre balades proposées permettent de sensibiliser le public à la gestion et la protection de la ressource en eau. L’or bleu du littoral atlantique avec sa faune et sa flore n’ont plus de secret pour l’équipe qui anime chaque été l’association. Anne qui nous a accompagnés pour la balade est une parfaite professionnelle de la reconnaissance des algues.
Elle nous apprend par exemple qu’un français consomme un kilo d’algues par an alors qu’un japonais en consomme 5 kg. Trois sortes d’algues se distinguent : l’algue brune, l’algue rouge et l’algue verte. L’algue verte Ulva lactuca étant la plus consommée en cuisine, notamment dans les pays d’Asie ; une laitue de mer riche en sels minéraux, protéines et vitamines.

Le saviez-vous ?

haricot de mer
haricot de mer

L’algue verte est parfaitement comestible. Sa cueillette est autorisée en France du lever au coucher du soleil et interdite le dimanche.
On trouve des extraits d’algues dans la plupart des desserts lactés, en effet, les algues rouges produisent des carraghénanes qui servent régulièrement d’épaississant à l’industrie alimentaire (yaourt, flan, hostie…). On apprend également qu’elles peuvent servir de vermifuge.
Les alginates quant à eux sont des extraits d’algues brunes qui servent d’émulsifiants dans les produits de beauté, les produits lactés jusqu’aux peintures et encres d’imprimerie.

Quatre balades découvertes sont proposées par l’association autour de thématiques : les coquillages, les algues, l’estran et la dune de Pen-Bron. Depuis deux ans, l’association a mis en place des ateliers pour apprendre à cuisiner les algues notamment en partenariat avec le restaurant Le Terminus à La Turballe. Preuve en est du succès de cette initiative, tous les ateliers sont complets depuis le début de l’été et ce jusqu’à mi-septembre !

Chaque intervention, qui se déroule trois à quatre fois par semaine, regroupe une quinzaine de personnes. Avec passion, Les Alguistes du Castelli proposent de créer un pont entre des touristes responsables soucieux d'environnement et des professionnels qui peinent parfois à faire entendre leur voix. Avant un apéro d’algues sur l’estran, Jean Claude nous explique pourquoi la commune de Piriac a choisi de ne pas ramasser les laisses de mer.
Contrairement à d’autres plages de la presqu’île guérandaise, Piriac a fait le pari de miser sur la richesse des éléments marins - dont regorgent les algues - qui d’une part accrochent le sable et permettent donc de ne pas en importer, d’autre part remettent en circulation les éléments nutritifs qui servent à la biodiversité et étonnamment protègent de l’érosion les bas de falaises de la côte sauvage. Comme quoi « Le succès est toujours un enfant de l’audace » ! (Prosper Crébillon)

Pour connaître les sorties des Alguistes du Castelli :

http://algastelli.free.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=71&Itemid=2

Jean-Claude Julien
Jean-Claude Julien
Auteur : SD | 02/08/2011 | 0 commentaire
Article précédent : « PIRIAC En 2012, la plaisance fait entendre sa voix »
Article suivant : « Piriac : une nouvelle association juste pour l’île Dumet »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter